Dieu : une lumière qui nous éclaire

 

Un des premiers rôles de la lumière, c’est de nous éclairer… Et il y a différents types de lumière qui nous éclairent, de différentes façons.

  • Les lumières naturelles du soleil le jour et de la lune la nuit.
  • Les bougies qu’on allume particulièrement en ce temps de l’Avent.
  • Les ampoules qui éclairent l’intérieur de nos maisons.
  • Une lampe torche dont on a besoin pour se déplacer dans la nuit et trouver son chemin.
  • Les phares d’une voiture, sans lesquels il est impossible de circuler la nuit.
  • Plus forte encore, la lumière d’un phare au bord de la mer, qui avertit les bateaux d’un danger et les empêche de s’échouer.
  • Mais il y a aussi la lumière douce d’une veilleuse qu’on allume pour nous tenir compagnie pendant que nous dormons.

Toutes ces lumières nous éclairent, d’une manière ou d’une autre. Et elles sont toutes utiles pour éclairer une pièce, trouver un chemin, avertir d’un danger, nous rassurer…

Il y a une différence majeure entre ces différentes lumières, c’est leur intensité. Certaines sont très fortes, d’autres très douces. C’est en fonction des besoins. Un phare doit éclairer très fortement parce qu’on doit voir sa lumière de loin. Mais une veilleuse émet une lumière douce, sinon elle nous empêcherait de dormir.

Quand on dit que Dieu est lumière, on dit, entre autres, qu’il éclaire notre vie. Il nous montre le chemin, il nous avertit d’un danger, il nous rassure. Et il adapte aussi l’intensité de sa lumière en fonction de nos besoins.

Dans le Psaume 18, David compare Dieu à une lumière. Le premier verset nous dit à quelle occasion il a été écrit : “Chant de David, le serviteur du Seigneur. David adressa ces paroles au Seigneur quand celui-ci le délivra de tous ses ennemis, en particulier de Saül.”

Dans ce psaume, David évoque donc le secours qu’il a reçu de la part du Seigneur, avec des images fortes et un langage suggestif. Il compare Dieu à un rocher solide qui le protège mais il parle aussi d’un Dieu qui peut faire trembler la terre, entraînant les éléments déchaînés avec lui, un Dieu qui lui donne une victoire éclatante sur ses ennemis.

Et au milieu de ce Psaume, dans une partie plus calme, David compare le Seigneur à une lampe allumée :
“29 Seigneur, tu es pour moi une lampe allumée,
mon Dieu, tu éclaires la nuit où je suis.
30 Avec toi, je prends d’assaut une muraille,
grâce à toi, mon Dieu, je franchis un rempart.
31 Dieu est un guide parfait, les avis qu’il donne sont sûrs ;
il est comme un bouclier
pour tous ceux qui se réfugient auprès de lui.”

Dans la nuit…

Je ne sais pas si vous avez peur du noir… Moi, je n’aime pas trop ! Je vais même vous dire un secret : je ne peux pas dormir dans la noir absolu. J’ai besoin d’un peu de lumière. Alors je ne ferme jamais les volets dans une chambre où je dors !

C’est quand on est dans la nuit qu’on mesure combien on a besoin de lumière. Et on peut, dans notre vie, avoir parfois l’impression d’être dans la nuit. Parfois même la nuit noire. Quand notre avenir semble bouché, quand on a perdu goût à la vie, quand tout semble s’acharner contre nous, quand on a l’impression d’avoir épuisé toutes les solutions et que ça ne marche toujours pas, quand on a une décision à prendre et qu’on est incapable de le faire, quand on retombe sans cesse dans les mêmes travers…

Vous avez tous, sans doute, déjà fait une telle expérience. On a l’impression d’être dans la nuit, perdu, découragé ou inquiet. Comment, alors, pouvons-nous dire avec l’auteur du Psaume :

“Seigneur, tu es pour moi une lampe allumée,
mon Dieu, tu éclaires la nuit où je suis.”

Voir la lumière de Dieu

Comment la lumière de Dieu peut-elle venir éclairer notre nuit ? C’est différent pour chacun… il n’y a pas de règle.

Parfois Dieu éclairera notre nuit comme le ferait un spot dans une salle de spectacle. Comme une évidence, une présence presque palpable. Vous l’avez peut-être déjà vécu ? Mais ce n’est pas toujours le cas, loin de là. La lumière de Dieu sera peut-être bien plus discrète…

Ce sera peut-être un espoir, une conviction, que l’Esprit de Dieu fera naître au fond de nous, comme la petite flamme d’une bougie pour commencer. Ce sera peut-être une parole biblique lue ou entendue, qui nous rejoindra de façon particulière et éclairera notre vie d’un jour nouveau. Ce sera peut-être quelqu’un que Dieu mettra sur notre route et qui partagera notre détresse comme une lumière douce et apaisante, ou qui nous donnera un conseil nous permettant de faire un pas de plus. Cette lumière, elle transparaît parfois simplement dans un sourire, un geste d’affection, un regard. Elle peut jaillir d’une petite carte reçue ou d’un SMS !

Mais qu’est-ce qui me fait voir dans ces petites choses la lumière de Dieu ? Bien-sûr, on pourra toujours dire que c’est de l’autosuggestion, que c’est la chance ou le hasard d’une rencontre. On pourra toujours… Mais on pourra aussi y voir une étincelle divine, une petite lumière, douce, rassurante, porteuse d’espoir. C’est un choix, celui de la foi. Est-ce vraiment plus absurde que de parler de hasard et de chance ? Et n’oublions pas que ce n’est que par la foi que la lumière de Dieu peut être perçue !

Alors si la nuit semble se prolonger pour nous, n’hésitons pas à transformer cette parole du Psaume en prière :

“Seigneur, sois pour moi une lampe allumée,
mon Dieu, éclaire la nuit où je suis !”

Il répondra !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>