Archives mensuelles : janvier 2014

image_pdfimage_print

Pour un témoignage vrai et réfléchi

image_pdfimage_print


Lecture biblique : 1 Pierre 3.15-17

Cette lettre de Pierre est Ă©crite dans un contexte hostile : les premiers lecteurs de l’Ă©pĂ®tre subissaient la persĂ©cution Ă  cause de leur foi. Ça donne un relief particulier Ă  ces paroles. Quand il s’agit de rendre compte de leur espĂ©rance, pour les premiers lecteurs de l’Ă©pĂ®tre, c’Ă©tait devant les tribunaux ! Notre contexte est diffĂ©rent, mais nous sommes aussi confrontĂ©s Ă  une certaine hostilitĂ© parfois, des rĂ©actions qui peuvent nous mettre dans des situations inconfortables.

Et nous sommes forcĂ©ment amenĂ©s Ă  nous interroger sur notre tĂ©moignage en tant que chrĂ©tien. Que dire ? Quand ? Comment ? Ce texte va nous donner quelques clĂ©s…

Le coeur et l’esprit

Tout commence dans le coeur mais on ne doit pas en rester lĂ . Un tĂ©moignage Ă©quilibrĂ© repose sur une foi Ă©quilibrĂ©e, qui se nourrit du coeur et de l’esprit.

Dans le coeur

Tout commence dans le coeur ! La traduction du verset 15 en français n’est pas très aisĂ©e. La version « Parole de Vie », recourt Ă  une pĂ©riphrase : « Reconnaissez dans vos coeurs que le Christ seul est saint, il est votre Seigneur. ». Mais la formule originelle est plus lapidaire, et surtout elle bouleverse l’ordre de la phrase pour mettre en Ă©vidence le mot Seigneur, en dĂ©but de phrase. LittĂ©ralement, ça donne : « Seigneur, le Christ, sanctifiez dans votre coeur »

On est obligĂ© de le formuler diffĂ©remment en français… Mais l’insistance tombe bien sur le Christ reconnu comme Seigneur dans notre coeur. On pourrait traduire : « Sanctifiez dans votre coeur le Christ Seigneur. »

Ça reste encore une formule très « patois de Canaan »… Il faut la dĂ©crypter. Sanctifier, c’est consacrer, rĂ©server la place qui est due. Et le coeur, c’est nous-mĂŞmes, en particulier notre volontĂ©, non pas tellement nos Ă©motions mais le siège de nos dĂ©cisions. Il s’agit donc de rĂ©server au Christ la place centrale qui doit lui revenir dans notre vie. C’est lui le Seigneur, le maĂ®tre de notre vie. Nos dĂ©cisions, nos projets, nos intentions, lui sont soumis.

Il ne peut pas y avoir de tĂ©moignage efficace sans une communion personnelle avec le Christ. C’est essentiel, tant au niveau du contenu du tĂ©moignage que nous serons appelĂ©s Ă  donner qu’au niveau de l’attitude, la façon d’apporter ce tĂ©moignage.

C’est un rappel salutaire que toutes les techniques oratoires, les trucs et astuces pour ĂŞtre un bon tĂ©moin efficace ne servent Ă  rien sans une consĂ©cration personnelle au Seigneur. ĂŠtre tĂ©moin de l’Évangile, ce n’est pas seulement ĂŞtre un VRP de l’Évangile, oĂą il suffirait d’utiliser des techniques de vente pour que ça fonctionne ! On ne vend pas un produit quand on tĂ©moigne de l’Évangile. On transmet on message de vie dont on a fait soi-mĂŞme l’expĂ©rience.

Dans l’esprit

Tout commence dans le coeur… Mais ça ne doit pas en rester lĂ  ! Pour que notre foi grandisse et s’affermisse, pour que notre tĂ©moignage soit efficace, il faut que le coeur soit reliĂ© Ă  l’esprit. Une foi Ă©quilibrĂ©e est autant ancrĂ©e dans le coeur que dans l’esprit.

En effet, il s’agit d’ĂŞtre prĂŞt Ă  rendre compte de notre espĂ©rance, ou donner des explications comme le traduit « Parole de Vie ». Le terme grec, apologia, est utilisĂ© pour dĂ©signer la dĂ©fense qu’on est appelĂ© Ă  donner en rĂ©ponse Ă  une attaque. Il implique une argumentation solide. Le terme a donnĂ© le mot apologĂ©tique qui dĂ©signe en thĂ©ologie la dĂ©fense de la foi, et implique une argumentation solide et cohĂ©rente, faisant appel Ă  des arguments rationnels.

Il s’agit donc d’ĂŞtre prĂŞt Ă  donner une telle rĂ©ponse… Il faut s’y prĂ©parer. Nous avons besoin de rĂ©flĂ©chir notre foi. On ne peut pas se contenter de dire : « Je suis devenu chrĂ©tien, c’est super ! » C’est un peu court… Les gens attendent d’autres rĂ©ponses… Pourquoi est-ce que vous croyez ? Qu’est-ce qui vous prouve que Dieu existe ? Que JĂ©sus est ressuscitĂ© ? Pourquoi vous auriez raison et pas les autres religions ? Etc…

Quelle place accordons-nous, dans notre vie de chrĂ©tien, Ă  l’approfondissement de notre foi ? Quel temps consacrons-nous Ă  la lecture de la Bible et d’ouvrage chrĂ©tiens, Ă  la frĂ©quentation d’Ă©tudes bibliques, Ă  la participation Ă  des sĂ©minaires ou des formations bibliques et thĂ©ologiques ?

La douceur et la crainte

La douceur devant les hommes est en contraste avec leur hostilitĂ© possible. La crainte devant Dieu rappelle qu’on est Ă  la fois tĂ©moin devant les hommes et devant Dieu.

La douceur

ĂŠtre prĂŞt, c’est bien. Mais il faut encore faire attention Ă  la façon dont nous portons notre tĂ©moignage. Pierre qualifie l’attitude requise par deux termes : la douceur et la crainte.

La douceur tranche avec le contexte d’hostilitĂ©. Il s’agit de rĂ©pondre Ă  des attaques, mais de le faire avec douceur. Et ce n’est pas une faiblesse mais une force, parce qu’elle naĂ®t de la paix de Dieu. La douceur implique le respect de l’autre, le refus de vouloir passer en force, d’user d’agressivitĂ© et d’intrusion.

Il est sans doute utile de souligner qu’ici comme ailleurs sans doute, le tĂ©moignage est de l’ordre de la rĂ©ponse. Ce n’est pas un tĂ©moignage qui s’impose par la force, c’est un tĂ©moignage qui rĂ©pond aux questions. Des questions suscitĂ©es par notre attitude, notre façon de vivre. Des questions qui surgissent naturellement de nos relations avec notre prochain. Il ne s’agit pas alors de contredire nos paroles par nos actes, ou inversement. C’est sans doute cela, la « conscience pure » dont parle Pierre ici…

La crainte

Quant au respect, c’est le mot grec phobos qui est utilisĂ©. Celui qu’on traduit souvent par « crainte » et qui traduit notre attitude de respect devant Dieu. Si la douceur concernait notre attitude devant les hommes, le respect pourrait bien concerner notre attitude devant Dieu. Et dans ce cas, il vaut mieux sans doute le traduire par « crainte ».

La crainte de Dieu, faut-il le rappeler, n’est pas la peur bleue d’un Dieu tyrannique. C’est le profond respect que Dieu inspire quand on a conscience de qui il est… et de ce que nous sommes devant lui. Elle ne nous fait pas fuir Dieu, elle ne fait que renforcer notre Ă©merveillement devant son amour et sa grâce !

En tout cas, la mention de la crainte en lien avec le tĂ©moignage est très intĂ©ressante. Elle permet de dire que notre tĂ©moignage nous place non seulement devant notre prochain mais aussi devant Dieu. Il ne s’agit donc pas simplement de nous interroger sur l’efficacitĂ© de notre tĂ©moignage auprès des hommes, mais aussi du respect de Dieu qu’il manifeste. Dans le tĂ©moignage, la fin ne justifie pas les moyens !

Un tĂ©moignage fidèle, raisonnable, rĂ©flĂ©chi, et dit dans la douceur, respecte le Seigneur. Parce qu’il reflète sa nature patiente et bienveillante. Par contre, il y a des tĂ©moignages agressifs, malhonnĂŞtes, irrĂ©flĂ©chis, manipulateurs, qui ne respectent pas le Seigneur. Nous devons aussi rĂ©flĂ©chir et rester vigilant quant Ă  notre façon de tĂ©moigner de l’Évangile, tant individuellement qu’en Église !

Conclusion

Ce texte ne nous prĂ©sente pas une mĂ©thode infaillible pour un tĂ©moignage efficace. De toute façon, ça n’existe pas… Il rappelle quelques principes de base incontournables.

A commencer par le fait que nous sommes appelĂ©s Ă  le rendre avec le coeur et l’esprit. Avec le coeur pour qu’il soit authentique et vrai, fondĂ© sur notre communion avec le Christ. Avec l’esprit pour qu’il soit pertinent et qu’il honore le Seigneur.

Car si nous sommes appelés à être témoins de l’Évangile devant les hommes, nous le sommes aussi, de fait, devant Dieu. Notre témoignage doit à la fois être pertinent pour notre prochain et être à la gloire de Dieu.

Voilà pourquoi nous devons nous y préparer, sérieusement. Dans la prière et dans la réflexion.

ĂŠtre sel & lumière du monde – Le tĂ©moignage (Partie I)

image_pdfimage_print

Lecture biblique : Matthieu 5.13-16

Dans notre réflexion sur les éléments essentiels de l’Église, nous nous penchons maintenant sur le thème du témoignage, avec deux prédications complémentaires.

Si vous deviez changer le monde, comment vous y prendriez-vous ? Quel moyen vous semblerait le plus approprié pour apporter au monde joie, espérance, paix ? pour éradiquer guerres, pauvreté, orgueil ?

Nous croyons en un Dieu qui apporte le salut au monde, qui fait germer la liberté dans le désert de l’esclavage, qui fait fleurir l’espoir au milieu des détresses, qui fait jaillir la vie du sein de la mort. Ce Dieu nous a envoyé son Fils, Jésus-Christ, qui est le salut dont le monde a tant besoin. Pourtant, comme le message sur le baptême de Jésus nous l’a rappelé la semaine dernière, ce Messie n’arrive pas de manière triomphaliste, mais il vient en serviteur, cheminant parmi les hommes. Il est le changement que nous attendons, mais il vient humblement, discrètement, changeant les cœurs plutôt que plantant des drapeaux.

Ce Jésus-Christ se tourne maintenant vers ses disciples, dès le début de son ministère, et leur adresse quelques paroles, rassemblées dans le sermon sur la montagne, où il donne les caractéristiques du disciple : quelles sont ses valeurs, son attitude vis-à-vis des autres, vis-à-vis de Dieu. Parmi ces caractéristiques se trouve la vocation des disciples à être sel et lumière dans le monde, autrement dit, à être porteurs de cette bonne nouvelle qui consiste en ce que Dieu s’est approché des hommes, non pour les détruire, mais pour les sauver par amour.

Deux métaphores pour une double vocation

Le Christ utilise deux images pour illustrer cette mission d’agents de salut : le sel et la lumière. Deux images présentées de manière parallèle : vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. Deux affirmations parallèles suivies chacune d’une nuance, d’un avertissement : le sel ne doit pas perdre son goût, la lumière ne doit pas être cachée, sinon ils ne servent à rien.

Attardons-nous quelques instants sur le sens de ces images. Peut-être d’abord la plus évidente : la lumière. La lumière c’est, pour éviter toute lapalissade, ce qui éclaire, ce qui combat l’obscurité, ce qui apporte la vie, la sécurité, la connaissance, et c’est globalement synonyme du salut dans la Bible. Dans la vie courante, la lumière est indispensable.

Jésus utilise en particulier l’image de la lampe de la maison, une lampe à huile qu’on allumait dans la pièce principale et qui éclairait toute la maisonnée, jusqu’à ce qu’on l’éteigne pour dormir, grâce à un boisseau, une sorte de seau qui servait à contenir les grains de céréales. Quand on allume une lampe à huile, ce n’est évidemment pas pour l’éteindre, mais pour qu’elle éclaire. Cette idée de visibilité se retrouve avec l’image de la ville sur la montagne, dont le rapport avec la lumière n’est pas forcément évident au premier abord ! Une ville établie en hauteur est évidemment particulièrement visible. Ces deux images font donc ressortir la notion de visibilité : les chrétiens doivent être vus comme chrétiens dans le monde. Ils doivent être repérables, comme cette ville en hauteur, comme cette lampe dans la pièce obscure.

Avec cette image de la lumière, Jésus évoque au moins deux aspects de notre témoignage : apporter un éclairage positif, et pour ce faire, être repérables.

Voyons le sel, cet autre élément incontournable de la vie quotidienne. Nous sommes le sel de la terre. Dès l’antiquité, le sel a deux usages principaux : il sert de condiment contre la fadeur des plats, et aussi de conservateur, pour garder le poisson, la viande… Il sert de conservateur car il a cette propriété de purifier, de lutter contre la putréfaction, la dégradation des choses. Jésus ne précise pas en quoi nous sommes le sel de la terre, et nous n’avons pas forcément besoin de choisir !

Techniquement, le sel ne peut pas perdre son sel, sa salinité, mais, à l’époque en Israël, on utilisait une poudre récoltée dans la Mer morte, qui était composée de plusieurs oligo-éléments, dont du sel. Il se trouve qu’au bout d’un certain temps, le sel fuyait le mélange : il ne perdait pas sa propre qualité mais il se séparait du mélange, et il ne restait qu’une poudre blanche, dont je n’ose imaginer le goût, et qui évidemment ne servait plus à rien.

Si on va plus loin, à l’époque de Jésus, le sel était aussi synonyme de sagesse, et le verbe utilisé dans l’original fait référence au fait de perdre son goût ou de devenir fou, insensé. Les chrétiens sont donc appelés à être sel dans ce monde : est-ce que Jésus ne nous décrirait pas comme des petits grains de sagesse dans un monde fou, petits grains à peine visibles, en petite quantité, mais qui peuvent tout changer dans le monde qui les entoure.

Avec ces deux images parallèles, Jésus définit l’influence des chrétiens dans le monde. D’un côté, avec le sel, les chrétiens ont un rôle piquant, en lutte contre la fadeur, la dégradation, la folie. D’un autre côté, avec la lumière, se dessine un rôle plus constructif, en apportant lumière & réconfort.

Quelle relation avec le monde ?

L’enjeu derrière ces deux images, c’est le rapport que nous avons avec le monde qui nous entoure, avec ceux qui nous côtoient.

Jésus emploie deux images qui insistent sur la différence entre les disciples, sel et lumière, et le monde qui les reçoit. L’influence des disciples comme agents du salut de Dieu repose sur leur spécificité. Le sel remplit son rôle s’il est salé, la lumière si elle éclaire. Vous imaginez bien qu’une poudre sans sel ou qu’une lampe de poche éteinte ne remplissent pas leur rôle, et pourraient tout aussi bien être absentes. La vocation des disciples à transmettre le salut repose sur leur caractéristique distinctive de chrétiens. L’évangile, le salut de Dieu, doit faire la différence dans notre vie, non pas seulement pour nous, mais aussi pour interpeler ceux qui nous entourent afin qu’ils reçoivent, à leur tour, ce salut que nous avons en Jésus-Christ. Nous sommes donc appelés à veiller sur ce qui fait notre originalité, et à rechercher la non-conformité au monde. Si le sel a un goût de carotte, quelle est sa valeur ajoutée ? Si la lumière est noire dans la nuit, à quoi bon ? Pour remplir notre vocation, nous sommes appelés à être différents.

Différents, oui, séparés, non ! C’est là un des grands défis du témoignage auquel nous appelle Jésus. Pour utiliser une autre de ses expressions, nous ne sommes plus du monde, nous sommes maintenant de nouvelles créatures, et c’est justement cette différence, ce changement, qui est attractif ! Combien parmi nous sont venus à rencontrer Dieu parce qu’un proche vivait autrement ? Toutefois, ce n’est pas parce que nous ne sommes plus comme ceux qui ne connaissent pas Dieu que nous devons leur tourner le dos et rejoindre une petite communauté bien fermée dans le désert, rejoindre le club très select de privilégiés qui ont rencontré le Seigneur et qui ont pu échapper à ce monde qui ne tourne pas rond, Dieu merci ! de même que notre sauveur a cheminé avec les hommes pour offrir au plus grand nombre la chance de rencontrer un Dieu d’amour, de même nous sommes appelés à demeurer auprès de ceux qui nous entourent pour leur montrer que ce Dieu d’amour est là, et qu’il les attend.

Quelle responsabilité ! Nous devons être différents, mais que cette différence apporte quelque chose dans notre monde. Si le sel reste dans son placard, ou que la lampe de poche, même allumée, reste dans son tiroir, ils ont beau avoir leur goût et leur lumière, leur propriétaire sera sûrement très heureux de voir qu’ils n’ont pas de défaut, mais enfin, ils ne sont pas beaucoup plus utiles que la poudre sans goût et la lumière noire !

Nous sommes appelés à être présents dans le monde, visibles, non-conformes, à être avec les autres sans être comme les autres. Notre témoignage, personnel ou communautaire, c’est de rendre visible le salut de Dieu dans un monde qui en a besoin.

C’est vraiment un équilibre délicat, être différent mais rester présent, montrer un décalage tout en maintenant une relation : ni conformité, ni rupture. C’est difficile, je crois, parce qu’on a tendance à aller vers ceux qui nous ressemblent, qui partagent nos convictions – qui se ressemble s’assemble, vous connaissez le dicton. Qui plus est, une relation où règne la différence peut faire réfléchir, convaincre l’autre (dans le meilleur des cas) mais aussi parfois, être source de souffrance : souffrance de l’incompréhension – dans les deux sens, malentendus divers, désaccords, voire conflit ou rejet de la part de notre entourage.

Jésus ne nous laisse pas vraiment le choix : le salut que nous avons reçu, ce sel qui nous caractérise maintenant, cette lumière qui nous illumine, c’est notre chance, mais c’est aussi la chance des autres. Nous avons pour vocation, autant que possible, de nous mettre au service du monde, de ne pas nous laisser décourager au point de nous cacher ou de nous enfuir, mais de rester, présents et différents, parce que Dieu nous appelle à être ces agents de propagation du salut. Pour sauver le monde il ne s’y prend pas comme nous le ferions, il donne des exemples à ce monde, des exemples de changement, de pardon, de paix, de joie, des exemples de ce salut qu’il veut continuer à répandre.

Un appel à être à l’image du christ

Quel est le chemin pour être ces exemples visibles d’une vie différente ? Une des pistes, c’est le lien entre les bonnes œuvres et la personne que nous sommes ; si on utilise une autre expression du sermon sur la montagne, le christ nous appelle à porter de beaux fruits, comme conséquence des arbres en bonne santé que nous sommes devenus. C’est toute notre personne qui est un témoignage, nos paroles, nos actes, nos omissions, nos choix, nos expressions de visage, tout ce qui est visible est un témoignage.

J’ai une amie à qui je pense toujours quand j’entends « vous êtes la lumière du monde ». Elle est plus âgée que moi, et je l’ai rencontrée lors d’un voyage, mais elle m’avait une impression un peu terne. Quelques années après, je la revois, et on échange des nouvelles. Ce n’était plus la même. Elle était rayonnante, joyeuse, visible ! En fait, cette femme, divorcée, avait gardé de l’amertume vis-à-vis de son ex-mari. Au bout de 20 ans de séparation, suite à un travail personnel lié à sa foi, elle a fini par lui pardonner et par se réconcilier avec lui. L’impact de cette réconciliation marquée par l’évangile a largement dépassé le cercle familial : elle m’a raconté que ses collègues n’en revenaient pas, et lui demandaient ce qu’elle avait pris pour changer autant !

Le sel et la lumière que nous pouvons apporter au monde ne sont pas des vernis superficiels, une apparence, mais la manifestation extérieure d’un salut qui se répand intérieurement dans notre vie avant de se répandre autour de nous. Si nous sommes le sel de la terre, c’est dans la mesure où la sagesse de Dieu nous caractérise, où nous sommes façonnés par ses valeurs et ses priorités. Si nous sommes lumière du monde, c’est dans la mesure où nous reflétons celui qui est la lumière, notre sauveur et seigneur Jésus-Christ. Nous sommes appelés à cultiver notre identité nouvelle, celle d’enfants de Dieu, de frères du christ, d’hommes et de femmes remplis d’un souffle nouveau. Immergeons-nous dans la sagesse de Dieu, plongeons-nous dans sa lumière, laissons-la irradier tout notre être, et les gens verront que Dieu sauve. Quand nous refusons de médire d’un collègue, quand nous restons honnêtes dans une situation qui pourtant nous désavantage, quand même simplement nous disons que nous sommes pris le dimanche matin ! Quand nous sourions à notre adversaire sportif, quand nous sommes en paix, quand nous accordons de la valeur à tout être humain, quel qu’il soit.

Dieu travaille en nous par son esprit, et par lui, nous produisons des œuvres typiques du Christ : l’humilité dans un monde orgueilleux, l’équité dans un monde égoïste, l’espérance dans un monde désenchanté.

Conclusion

Dieu utilise plusieurs moyens pour changer le monde et pour lui infuser sa vie, pour le remplir de son salut. Il y a sa parole, criante de vérité, il y a son esprit, qui souffle là où personne ne l’attend, et il y a nous. Dans ce tableau, ce qui étonne c’est nous, bien imparfaits, apprenant nous-mêmes à faire le tour de l’évangile, répondant tant que bien que mal aux défis que représentent la vie nouvelle en christ. Pourtant c’est nous que Dieu désigne comme sel et lumière, comme porteurs de sa parole, comme porteurs de sa lumière. C’est par nous, dans notre expérience quotidienne avec Dieu, dans notre vie communautaire, dans chaque petit pas, c’est là que rayonne le salut de Dieu. Restons à l’écoute du christ, nourrissons-nous de sa parole, aimons-nous les uns les autres : en servant notre Dieu nous servirons aussi notre prochain, et nous donnerons le témoignage d’une vie remplie de la liberté, de l’espérance, et de la joie qui viennent de notre Seigneur.

Le baptĂŞme de JĂ©sus : dĂ©cryptage d’un Ă©pisode Ă©tonnant

image_pdfimage_print

Lecture biblique : Matthieu 3.13-17

On considère en gĂ©nĂ©ral que le baptĂŞme de JĂ©sus constitue le dĂ©but de son ministère publique. Et c’est sans doute vrai. Mais c’est aussi un Ă©vĂ©nement Ă©tonnant Ă  plusieurs Ă©gards, tant pour le baptĂŞme lui-mĂŞme que pour les phĂ©nomènes qui l’entourent.

Le baptĂŞme de JĂ©sus

Jean n’Ă©tait pas le premier Ă  pratiquer des baptĂŞmes. C’Ă©tait un rite de purification qu’on rencontrait dans le JudaĂŻsme. Il a Ă©tĂ© repris par JĂ©sus et investi d’un sens nouveau pour devenir le baptĂŞme chrĂ©tien.

Jean Ă©tait un prophète et le baptĂŞme qu’il pratiquait Ă©tait un signe qui accompagnait sa prĂ©dication. Un signe de purification, de consĂ©cration, de repentance, Ă  destination de ceux qui rĂ©pondaient Ă  son message et voulaient se prĂ©parer Ă  la venue du Messie.

Et c’est justement lĂ  que le baptĂŞme de JĂ©sus semble poser un problème thĂ©ologique… Comment JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, pouvait avoir besoin de se faire baptiser par Jean ? Avait-il besoin de se repentir ? Non ! Devait-il se prĂ©parer Ă  la venue du Messie ? Non ! C’est lui le Messie !

D’ailleurs Jean ne comprend pas. Il rĂ©siste. N’avait-il pas dit dans sa prĂ©dication : « Celui qui vient après moi est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de lui enlever ses sandales. » (v.11) ?

Alors comment pourrait-il baptiser JĂ©sus ? Il ne veut pas le faire et il dit Ă  JĂ©sus : « C’est moi qui ai besoin d’ĂŞtre baptisĂ© par toi, et c’est toi qui viens vers moi ! » (v.14)

Mais JĂ©sus ne demande pas le baptĂŞme Ă  Jean parce qu’il en aurait besoin ! Il le fait pour une autre raison. Parce qu’il convient de le faire Ă  ce moment-lĂ  : « Accepte cela pour le moment. Oui, c’est ainsi que nous devons faire tout ce que Dieu demande. » (v.15)

Et Jean accepte… Mais la question demeure : pourquoi JĂ©sus s’est-il fait baptiser ?

Les gens se faisaient baptiser en signe de repentance pour se prĂ©parer Ă  la venue du Messie. Or, JĂ©sus est le Messie. Mais il ne vient pas en Messie triomphant. Auquel cas, en effet, il n’aurait pas demandĂ© le baptĂŞme Ă  Jean et c’est lui qui l’aurait baptisĂ© !

Ce n’est pas ainsi que le Messie est venu. Il est venu humblement, homme parmi les hommes. Et on peut sans doute voir dans le baptĂŞme de JĂ©sus un signe de son incarnation. JĂ©sus emprunte le mĂŞme chemin que les autres. Homme parmi les hommes, il a endossĂ© la condition de l’humanitĂ© pĂ©cheresse, sans pour autant pĂ©cher lui-mĂŞme.

D’une certaine façon, le baptĂŞme reçu par JĂ©sus clĂ´t le baptĂŞme de Jean. Plus besoin de se prĂ©parer pour la venue du Messie, il est lĂ  ! MĂŞme si Jean a semble-t-il continuĂ© de baptiser après cet Ă©vĂ©nement (cf. Jean 3), il ne l’a plus fait très longtemps. Peu de temps après il sera arrĂŞtĂ© et mis en prison et finalement mis Ă  mort.

Le baptĂŞme de JĂ©sus est l’accomplissement de la prophĂ©tie de Jean. Mais il ne l’accomplit pas en triomphateur mais en humble serviteur. En demandant Ă  recevoir le mĂŞme baptĂŞme que les autres, en s’identifiant aux hommes qu’il est venu sauver.

Dès le dĂ©but de son ministère public, JĂ©sus donne le ton et rĂ©vèle sa nature profonde. Il est venu en serviteur. Homme parmi les hommes, pour sauver l’humanitĂ©.

Ce qui entoure le baptĂŞme de JĂ©sus

Il se passe des choses Ă©tonnantes autour du baptĂŞme de JĂ©sus, dès le moment oĂą il sort de l’eau.

D’abord, le ciel s’ouvre. Une formule que l’on retrouve dans les visions reçues par des prophètes. Le ciel s’est ouvert pour EzĂ©chiel dans sa vision de la gloire de Dieu, il s’est ouvert pour Etienne pour l’encourager au moment de son martyre, il s’est ouvert pour Jean quand il a reçu ses visions de l’Apocalypse… Et il s’ouvre ici pour JĂ©sus au moment de son baptĂŞme. C’est comme si JĂ©sus, sortant de l’eau après son baptĂŞme, avait reçu une rĂ©vĂ©lation.

D’autant que cela s’accompagne d’une thĂ©ophanie, une apparition de Dieu. L’Esprit Saint, sous la forme d’une colombe se pose sur lui. Et la voix de Dieu retentit dans le ciel, affirmant que JĂ©sus est son Fils bien-aimĂ©, celui qu’il a choisi.

La façon dont les Ă©vangiles relatent cet Ă©pisode ne souffre d’aucune ambiguĂŻtĂ©. Nous avons ici une des plus Ă©tonnantes affirmations bibliques de la TrinitĂ©. Un des très rares Ă©pisodes bibliques oĂą le Père, le Fils et le Saint-Esprit apparaissent en mĂŞme temps.

Bien-sĂ»r, il faut les discerner derrières les symboles. Discerner le Saint-Esprit derrière la colombe. Voir en JĂ©sus plus qu’un homme et faire confiance aux paroles de Dieu qui viennent du ciel affirmant que JĂ©sus est son Fils bien-aimĂ©.

Mais alors que le Fils de Dieu Ă©tait sur terre incognito depuis une trentaine d’annĂ©es, son baptĂŞme marque le dĂ©but de son ministère public. A qui sait le voir, il apparaĂ®t maintenant officiellement comme le Messie !

Mais Ă  l’origine, sans doute que très peu l’ont compris. C’est JĂ©sus qui Ă©tait le premier destinataire du message. Sans doute y a-t-il eu une colombe qui s’est posĂ©e sur lui, mais ceux qui l’ont vu n’ont pas saisi la signification spirituelle. A part Jean-Baptiste. C’est en tout cas ce que nous en dite l’Évangile selon Jean, dans sa version de l’Ă©pisode (cf. Jn 1.32-34). Quant Ă  la voix, il est tout Ă  fait possible que seul JĂ©sus l’ait entendue. Chez Marc et Luc, les paroles sont d’ailleurs lĂ©gèrement diffĂ©rentes et s’adressent clairement Ă  JĂ©sus : « Tu es mon Fils bien-aimĂ©… ». Et dans l’Évangile selon Jean, oĂą on semble se placer du point de vue du prophète Jean-Baptiste, il n’est fait nul mention de la voix de Dieu.

Peut-ĂŞtre JĂ©sus avait-il besoin de tels signes pour ĂŞtre encouragĂ© au dĂ©but de son ministère public. Comme il aura besoin d’ĂŞtre soutenu par des anges dans sa tentation au dĂ©sert, ou dans sa lutte spirituelle dans le jardin de GethsĂ©manĂ©… Peut-ĂŞtre mĂŞme avait-il besoin d’une confirmation, d’un signe fort de sa mission.

Mais la rĂ©alitĂ© est lĂ . Le Fils de Dieu est sur terre et il est venu pour accomplir le projet de salut de Dieu. Et si les tĂ©moins oculaires du baptĂŞme de JĂ©sus ont eu du mal Ă  le comprendre, l’Ecriture est lĂ  pour nous l’affirmer. Et nous le proclamons aujourd’hui : le Fils de Dieu est venu sur terre pour accomplir le projet de salut de Dieu.

Conclusion

Le baptĂŞme de JĂ©sus, s’il constitue d’une certaine façon le dĂ©but officiel de son ministère terrestre, est aussi rĂ©vĂ©lateur de la nature et de la personne du Christ.

Si le rĂ©cit des Ă©vangiles fait clairement apparaĂ®tre sa divinitĂ©, en l’intĂ©grant dans une thĂ©ophanie trinitaire, il est fort probable que personne, Ă  part peut-ĂŞtre Jean-Baptiste, ne l’ont perçu.

Parce que le baptĂŞme de JĂ©sus souligne aussi l’humble condition de serviteur que le Fils de Dieu a choisie pour accomplir le plan de salut de Dieu. Homme parmi les hommes, il est pleinement devenu l’un des nĂ´tres pour nous sauver. Son baptĂŞme en tĂ©moigne.

C’est la merveille de l’incarnation, dont la cĂ©lĂ©bration doit se poursuivre bien au-delĂ  de NoĂ«l, parce qu’elle est au coeur de notre foi et notre espĂ©rance. Car si Dieu s’est fait homme en JĂ©sus-Christ, c’est pour nous ĂŞtre le plus proche possible. Et il l’est encore aujourd’hui. Proche de nous. C’est ce que nous pouvons vivre, dans la communion par la foi avec le Christ vivant.