Tous les articles par admin

Qu’est-ce que l’Eglise ?

Qu’est-ce que l’Église ?

Est-ce un lieu où admirer des architectures spectaculaires ? Une de ces grandioses cathédrales ? Un bâtiment comme celui on se trouve ? Une grande institution religieuse aux casseroles historiques bruyantes ? Une dénomination, une organisation mondiale ? Certains penseront à l’image d’une grande famille, d’un corps social, … Parmi nos contemporains mais aussi parmi les chrétiens, la réponse à cette question est souvent confuse.

Pour nous aider un peu, on va lire une lettre. L’apôtre Pierre a écrit une lettre à une Eglise de Turquie au Ier siècle. Une lettre que vous avez minutieusement étudié avec Florence et Vincent il y a 2ans. Mais nous allons nous concentrer sur un court passage, celui au chapitre 2, les versets 4 à 10. C’est le passage le plus riche de toute la Bible en ce qui concerne l’Église. Raison pour laquelle il me sera impossible d’en expliquer toute la richesse, et encore moins en 20 minutes… Mais il y aura déjà de quoi s’émerveiller. Voici ce que l’apôtre Pierre écrit :

4Approchez-vous du Seigneur, la pierre vivante rejetée par les êtres humains, mais choisie et précieuse aux yeux de Dieu. 5Laissez-vous bâtir, vous aussi, comme des pierres vivantes, pour construire un temple spirituel. Vous y formerez une communauté de prêtres appartenant à Dieu, vous lui offrirez des sacrifices spirituels, qu’il accueillera avec bienveillance par Jésus Christ. 6Car il dit dans l’Écriture :
« Voici que je place en Sion une pierre d’angle ; je l’ai choisie, elle est précieuse, et celui qui met sa foi en elle ne sera jamais déçu. » 7Cette pierre est d’une grande valeur pour vous, les croyants ; mais pour les incroyants, comme le dit l’Écriture : « La pierre que les bâtisseurs ont rejetée est devenue la pierre d’angle. » 8Et ailleurs, il est dit encore : « C’est une pierre qui fait trébucher, un rocher qui fait tomber » Ces personnes trébuchent parce qu’elles refusent d’obéir à la parole de Dieu, et c’est ce qui devait leur arriver.
9Mais vous, vous êtes la lignée choisie, la communauté royale de prêtres, la nation qui appartient à Dieu, le peuple qu’il a fait sien. Il vous a appelés à passer de l’obscurité à son admirable lumière, afin que vous alliez annoncer ses œuvres magnifiques. 10Autrefois, vous n’étiez pas un peuple, maintenant vous êtes peuple de Dieu ; autrefois, vous étiez privés de bonté, mais maintenant la bonté de Dieu vous a été accordée.
 

1. L’Église comme la continuité du plan de Dieu

L’apôtre Pierre connaît très bien les Écritures. Il est pétri des écrits juifs, c’est-à-dire la Bible hébraïque. Et il a été disciple de Jésus : lorsque Jésus expliquait le sens des Écritures, avant et après sa résurrection, la manière dont les Écritures l’annonçait lui comme le Messie divin, Pierre était là. Et dans ses lettres comme dans ses prédications, à son tour, Pierre explique le sens des Écritures aux croyants et aux non-croyants.

Pierre fait d’abord comprendre que l’Église est dans la continuité du plan de Dieu. Qu’est-ce que ça signifie ? L’Église est le projet de Dieu. L’Église a toujours fait partie du plan de Dieu pour sauver l’humanité de son mal. L’Église n’est pas le plan B, parce que le plan A avec l’Israël ethnique n’avait pas fonctionné. L’Église n’est pas une parenthèse dans l’histoire du salut.

L’Église a été choisie, prévue dans le dessein de Dieu dès avant la fondation du monde.

L’Église est ce projet, grandiose, éblouissant, qui ne pouvait être imaginé que par Dieu par amour pour l’humanité…

Pierre cite textuellement des versets de la Bible hébraïque (Ps 118.22 ; Es 28.16 ; Es 8.14). Et ces citations désignent une pierre d’angle, de fondation, pierre vivante. Cette pierre sera rejetée par les humains mais choisie et précieuse aux yeux de Dieu. Qu’est-ce que ça signifie ?

A. L’Église est un Temple pour Dieu.

Ces passages annoncent la même personne à venir. Dans chacun des contextes de ces versets, que je vous encourage à étudier personnellement, malgré les menaces d’attaques, de persécutions, ou la corruption de son peuple, des croyants, Dieu reste. Dieu promet qu’il délivrera ceux qui ont confiance en lui. Il promet le tri entre ceux qui le connaissent et ceux qui ne le connaissent pas, de malgré tout envoyer un Sauveur appelé « Dieu avec nous ». Dieu a toujours promis qu’il rétablirait sa relation personnelle et intime avec son peuple, avec les croyants. Et il le ferait en plaçant cette fameuse pierre d’angle au milieu d’eux.

La pierre vivante, rejetée par les humains mais choisie et précieuse aux yeux de Dieu, c’est Jésus-Christ. Étrange comme image. Pourquoi la Bible parle-t-elle de Christ comme d’une pierre d’angle ?

Une pierre d’angle, c’est une pierre robuste placée entre deux murs pour les unir solidement l’un à l’autre. Waw ! Dieu le Père a choisi son Fils unique pour être cette pierre d’angle entre lui et nous. Jésus-Christ est le réconciliateur des Juifs avec l’Éternel Dieu. Bien plus, Jésus-Christ est le réconciliateur de l’humanité avec Dieu. Si nous plaçons notre confiance dans ce que la Bible dit de lui, alors nous sommes unis, réconciliés dans notre relation à Dieu pour toujours.

Et cette relation restaurée prend tout son sens lorsqu’on considère ce qu’est la construction bâtie sur la pierre d’angle. C’est un nouveau Temple qui est bâti sur Jésus-Christ. Un nouveau lieu où adorer Dieu, où s’adresser et communiquer avec Dieu de manière intime. Un lieu où lui offrir notre reconnaissance, où lui demander son pardon pour notre mal. Cette nouvelle construction, ce nouveau Temple, c’est l’Église.

Christ a commencé à bâtir son Église. Il en est le fondateur et la fondation.

Donc vous comprenez bien que le mot « Église » pour désigner un simple bâtiment n’a pas de sens… Non, l’Église est cet ensemble de chrétiens authentiques qui ont désormais accès à une relation de cœur à cœur avec Dieu.

Ici et maintenant, nous sommes Église. Nous ne sommes pas un rassemblement quelconque de bonnes personnes. Nous ne sommes un groupe réunis pour partager nos valeurs communes. Nous ne sommes pas un club. Nous ne sommes pas une association. Nous sommes Église, fondée par et sur Jésus-Christ. Nous sommes Église dont Christ continue de prendre soin et de bâtir…

L’Église est cet ensemble de « pierres vivantes » formant un temple spirituel où Dieu parle et reçoit ce que nous lui apportons : reconnaissance, fardeaux, maux, ferveur, nos mains vides … Plus besoin de prêtres pour prier à notre place, nous représenter. Notre seul médiateur est Jésus-Christ. Par Christ seul, chacun de nous peut parler avec Dieu en cœur à cœur.

Lorsque les Judéens reconstruisaient le Second Temple à l’époque de Zacharie, tous criaient en voyant la pierre de fondation « Qu’elle est belle, qu’elle belle ! ». A Christ, nous pouvons crier de la même façon notre reconnaissance pour cette pierre solide, inébranlable et unificatrice qu’il est pour nous. « Qu’elle est belle cette fondation, grâce, grâce pour elle ! ».

Mais l’Église ne se résume pas à notre petite réalité, à notre assemblée à l’EELT.

Il y a Église PARTOUT où des personnes ayant placé leur foi en Christ seul, ayant reçu l’Esprit de Dieu sont réunis.

Mais l’Église est aussi cette réalité invisible de l’ensemble des chrétiens unis par la même foi, unis par le même Sauveur et Seigneur, unis par le même Esprit-Saint. Ça en fait du monde depuis la création de l’Église  en l’an I ! L’Église de Christ est ainsi intergénérationnelle, interculturelle, internationale, interdénominationnelle ! Waw, le vertige !

B. L’Église est le peuple de Dieu.

Pierre cite aussi un passage de l’Exode, Ex 19.5-6. Cet épisode est celui où le peuple est sorti d’Égypte. Et là, Dieu l’appelle au milieu du désert pour lui parler, pour conclure une alliance avec lui, pour lui faire porter sa gloire, pour lui transmettre sa volonté. Vous vous souvenez ?

Eh bien, Pierre dit par là que l’Église est ce nouveau peuple de Dieu. L’Église est cette assemblée de de personnes que Dieu s’est acquis, qu’il a libéré de l’esclavage du péché, de notre mal.

L’Église est ce nouveau peuple appelé à l’écart pour l’écouter, parler avec lui, témoigner de lui au milieu des incroyants et transmettre sa volonté.

Dieu s’est acquis ce nouveau peuple par son sacrifice à la croix en Jésus-Christ. Il avait prévu et promis ce nouveau peuple, dont les membres proviendraient de tout pays, de toute culture, de tout arrière-plan ! Un peuple unis par la même foi, le même Sauveur et Seigneur, et le même Esprit.

Notre Dieu en Jésus-Christ nous a retiré de l’obscurité dans laquelle on vivait sans le connaître. Il nous a libéré de cette vie où l’on est esclave de tant de choses… Mais surtout de notre propre mal intérieur. Christ nous a libéré de cette vie d’esclavage, cette vie sans le connaître. Il nous a retiré de cette vie obscure pour nous éclairer. Il nous a éclairé, Il s’est révélé à chacun d’entre nous… Et ensemble, nous sommes cette assemblée d’éclairés, d’appelés par Dieu pour recevoir sa bonté…

L’Église est ce peuple de Dieu appelé, renouvelé, élargi, purifié, augmenté.

2. Être et devenir l’Eglise

Pierre invite les chrétiens à vivre à la hauteur de cette nouvelle identité ! Nous sommes déjà ce peuple. Nous sommes déjà ce temple spirituel bâtie sur Christ. Mais n’avons-nous pas besoin que l’on nous rappelle notre identité pour y vivre conformément ?

« Approchez-vous du Seigneur ». Continuons de nous approcher du Seigneur Jésus. Lui s’est approché, Dieu s’est rendu proche, humain en Jésus-Christ. Et s’il n’était pas venu nous rencontrer chacun personnellement, nous serions encore perdus… « Approchez-vous encore ». Si on ne s’approche pas du Seigneur, on s’égare. Lorsque je ne pense pas à Dieu, que je ne parle pas avec lui pendant un moment, c’est inévitable : je me perds moi-même. Il a besoin de me rappeler « Approche-toi tout à nouveau »…

Il vous a appelés à passer de l’obscurité à son admirable lumière, afin que vous alliez annoncer ses œuvres magnifiques.

Avez-vous remarqué cette petite particule au v.9 « afin que ». Dieu nous a appelé à lui, nous a fait le rencontrer AFIN QUE nous ALLIONS ANNONCER ses œuvres magnifiques. Le peuple de Dieu a une vocation :

être des ambassadeurs de Dieu au milieu des autres nations qui ne le connaissent pas.

Dieu veut faire connaître son amour au monde entier ! Dieu veut que tous les humains soient sauvés de leur mal. Et Dieu nous a choisis, a choisi son Église pour porter son appel. Nous sommes appelés à être une bénédiction pour le monde, pour ceux qui ne connaissent pas le Christ. Et vivre pour Dieu chaque jour, témoigner de Lui, c’est lui offrir le plus beau des cadeaux.

Pour construire le premier Temple juive, sous le roi Salomon, il est dit ceci : « on utilisa les pierres telles qu’elles provenaient de la carrière ; ainsi, pendant tout le temps de la construction, on n’entendit pas un seul coup de marteau, ni de pic, ni d’aucun autre outil de fer. » (1 Rois 6.7). Parfois, on a l’impression que l’Église se meurt, ne grandit plus, devient de plus en plus fade. Mais Christ continue de bâtir son Église. Silencieusement, Dieu fait grandir son Église. Silencieusement, l’Église ne cesse de se construire ici, à Toulouse, en France, et dans le monde entier à travers les années… Jamais elle ne cessera, jamais elle ne sera déçue par son Seigneur, jamais elle ne s’écroulera.

L’Église sera éternelle car Christ en est le fondement.

Le Saint-Esprit : Dieu en nous (Ac 2.1-41)

Qui est l’Esprit Saint ? À quoi sert-il ?

Afin de répondre à ces deux questions, je vous propose de lire le fameux récit du livre des Actes, le chapitre 2. Actes 2, versets 1 à 41.

1Quand le jour de la Pentecôte arriva, les croyants étaient réunis tous ensemble au même endroit. 2Tout à coup, un bruit vint du ciel, comme un violent coup de vent, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. 3Ils virent apparaître des langues pareilles à des flammes de feu ; elles se séparèrent et se posèrent une à une sur chacun d’eux. 4Ils furent tous remplis de l’Esprit saint et ils se mirent à parler en d’autres langues, selon ce que l’Esprit leur donnait d’exprimer. 5À Jérusalem vivaient des Juifs qui honoraient Dieu, venus de tous les pays du monde. 6Quand ce bruit se fit entendre, ils s’assemblèrent en foule. Ils étaient tous profondément surpris, car chacun d’eux entendait les croyants parler dans sa propre langue. 7Ils étaient remplis de stupeur et d’admiration, et disaient : « Ces gens qui parlent, ne sont-ils pas tous Galiléens ? 8Comment se fait-il que chacun de nous les entende parler dans sa langue maternelle ? 9Parmi nous, il y en a qui viennent du pays des Parthes, de Médie et d’Élam. Il y a des habitants de Mésopotamie, de Judée et de Cappadoce, du Pont et de la province d’Asie ; 10certains sont de Phrygie et de Pamphylie, d’Égypte et de la région de Cyrène, en Libye ; d’autres sont venus de Rome, 11de Crète et d’Arabie ; certains sont nés Juifs, et d’autres se sont convertis à la religion juive. Et pourtant nous les entendons parler dans nos diverses langues des grandes œuvres de Dieu ! » 12Ils étaient tous remplis de stupeur et ne savaient plus que penser ; ils se demandaient les uns aux autres : « Qu’est-ce que cela signifie ? » 13Mais d’autres se moquaient en disant : « Ils sont complètement ivres ! »
14Pierre se leva avec les onze autres apôtres ; d’une voix forte, il s’adressa à la foule : « Vous, Juifs, et vous tous qui vivez à Jérusalem, écoutez attentivement mes paroles et comprenez bien ce qui se passe. 15Ces gens ne sont pas ivres comme vous le supposez, car il est neuf heures du matin. 16Mais c’est maintenant que se réalise ce que le prophète Joël a annoncé : 17“Voici ce qui arrivera dans les derniers jours, dit Dieu : Je répandrai de mon Esprit sur tout être humain ; vos fils et vos filles deviendront prophètes,je parlerai par des visions à vos jeunes gens et par des rêves aux plus âgés parmi vous. 18Oui, je répandrai de mon Esprit sur mes serviteurs et sur mes servantes en ces jours-là, et ils parleront en prophètes. 19Je susciterai des prodiges en haut dans les cieux et des signes miraculeux en bas sur la terre : Il y aura du sang, du feu et des nuages de fumée, 20le soleil deviendra obscur et la lune sera rouge comme du sang, avant que vienne le jour du Seigneur, ce jour grand et éclatant. 21Alors toute personne qui fera appel au Seigneur sera sauvée.”
22Gens d’Israël, écoutez ce que je vais vous dire : Jésus de Nazareth était un homme dont Dieu vous a démontré l’autorité, en accomplissant par lui toutes sortes de miracles, de prodiges et de signes extraordinaires au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes. 23Cet homme, livré conformément à la décision que Dieu avait prise et au projet qu’il avait formé d’avance, vous l’avez fait attacher sur une croix et tuer par des gens sans foi. 24Mais Dieu l’a ressuscité, il l’a délivré des douleurs de la mort, car il n’était pas possible que la mort le retienne en son pouvoir. 25En effet, David a dit à son sujet : “Je voyais continuellement le Seigneur devant moi, il est à mes côtés pour que je ne tremble pas. 26C’est pourquoi mon cœur est rempli de bonheur et mes paroles débordent de joie ; mon corps lui-même reposera dans l’espérance, 27car, Seigneur, tu ne m’abandonneras pas dans le monde des morts, tu ne permettras pas que moi, ton ami fidèle, je pourrisse dans la tombe. 28Tu m’as montré les chemins qui mènent à la vie, tu me rempliras de joie par ta présence.” 29Frères et sœurs, il m’est permis de vous dire très clairement au sujet du patriarche David : il est mort, il a été enterré et sa tombe se trouve encore aujourd’hui chez nous. 30Mais il était prophète et il savait que Dieu lui avait promis sous serment que l’un de ses descendants lui succéderait comme roi. 31David a vu d’avance ce qui allait arriver ; il a donc parlé de la résurrection du Christ quand il a dit : “Il n’a pas été abandonné dans le monde des morts, et son corps n’a pas pourri dans la tombe.”
32Ce Jésus dont je parle, Dieu l’a ressuscité, nous en sommes tous témoins. 33Il a été élevé par la main droite de Dieu et il a reçu du Père l’Esprit saint qui avait été promis ; il l’a répandu sur nous, et c’est ce que vous voyez et entendez maintenant. 34Car David n’est pas monté lui-même aux cieux, mais il a déclaré : “Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, 35jusqu’à ce que je mette tes ennemis sous tes pieds.” 36Tout le peuple d’Israël doit donc le savoir avec certitude : Dieu l’a fait Seigneur et Christ, ce Jésus que vous avez crucifié ! »
37Les auditeurs furent profondément bouleversés par ces paroles. Ils demandèrent à Pierre et aux autres apôtres : « Frères, que devons-nous faire ? » 38Pierre leur répondit : « Changez de vie et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour que vos péchés vous soient pardonnés. Vous recevrez alors le don de l’Esprit saint. 39Car la promesse de Dieu a été faite pour vous et pour vos enfants, ainsi que pour tous ceux qui vivent au loin, tous ceux que le Seigneur notre Dieu appellera. » 40Pierre leur adressait encore beaucoup d’autres paroles pour les convaincre et les encourager, et il disait : « Acceptez le salut pour n’avoir pas le sort de ces gens perdus ! » 41Un grand nombre d’entre eux acceptèrent les paroles de Pierre et furent baptisés. Ce jour-là, environ 3 000 personnes s’ajoutèrent au groupe des croyants. 
 

1. Qui est le Saint-Esprit ?

Comment cet épisode de la vie des disciples du Christ, épisode historique pour toute l’Humanité, peut répondre à notre question : Qui est le Saint Esprit ?

Les disciples de Jésus en avait entendu parler. Avant tout, ils l’attendaient, comme tous les autres juifs, comme un don promis de Dieu. C’est ce que Pierre enseigne en citant la promesse de Dieu transmise par le prophète Joël (Jl 3.1-5, version LXX/grecque). Dieu dit : « Dans la fin des temps, je répandrai de mon Esprit sur tout être humain ! Jeunes, vieux, hommes, femmes ! Et tous parleront de ma part ! ». C’est cela le sens général de « prophétiser » : parler de la part de Dieu.

L’Esprit de Dieu est envoyé par Dieu le Père et par Jésus son Fils (Ac 2.33). Jésus lui-même a rappelé ceci aux disciples avant son ascension : « Vous recevrez une puissance quand l’Esprit Saint descendra sur vous. ALORS, vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’au bout du monde. » (Ac 1.8).

Le Saint-Esprit se manifeste comme Dieu. Comme un violent coup de vent, un grand bruit venant du ciel, comme des flammèches de feu… Ces comparaisons ressemblent à plusieurs autres scènes dans lesquelles Dieu se manifestait à son peuple. Par exemple au mont Sinaï où Dieu « descend » pour parler à Moïse : feu, nuage de fumée, tonnerre, tremblements sont au rendez-vous (cf. Ex 19.18 ; 1 R 19.11-12 ; Es 29.6 ; 30.27-28). Cet épisode dans l’histoire du peuple d’Israël est fondamental pour comprendre la venue du Saint-Esprit sur les disciples. Au mont Sinaï, Dieu descend pour conclure une alliance avec le peuple. Dans ce spectacle de feu, de tonnerre, de montagnes tremblantes, Dieu donne à Moïse les 10 commandements qui illustrent sa volonté pour le peuple.

C’est ce que la Pentecôte juive célèbre. Celle-ci attira des milliers de juifs des quatre coins du monde à Jérusalem d’après le livre des Actes (2 Ch 15.10ss ; Ac 2.5). De même, quand l’Esprit Saint descend sur les disciples, c’est Dieu lui-même qui descend, mais EN eux. Dieu en nous. Quoi de mieux, pour accomplir la volonté de Dieu, que d’avoir son Esprit en nous…

Attention, le Saint-Esprit n’est pas une sorte d’énergie, un fluide divin, une sorte d’électricité. Il est aussi bien plus qu’une force vitale présente dans la nature. L’Esprit Saint est la troisième personne de la Trinité. Le Saint Esprit est Dieu, au même titre que le Père est Dieu, que Jésus-Christ son Fils est Dieu. Nous, chrétiens, croyons en un seul Dieu manifesté en trois personnes.

Le Saint Esprit remplit les disciples. Il vient habiter, demeurer complètement dans chacun des disciples présents. Pas seulement les onze, mais tous ! Hommes et femmes de tout âge, de toute nation, de toute culture. Qu’importe leur passé, qu’importe leur étape de compréhension des œuvres de Dieu, de sa Parole : tous sont remplis de l’Esprit, dans tout leur être.

Il est personnel, mais non personnalisable. L’Esprit Saint remplit chacun des disciples, mais tous annoncent le même Dieu. Un ami à moi, comme beaucoup aujourd’hui, croit en Dieu. Seulement, contrairement au Dieu de la Bible, son Dieu n’existe comme tel que dans sa réalité, son cœur. Ce Dieu là est une sorte de force agissante, intimement liée à son intuition. Et pour lui, chacun peut avoir son Dieu, modelable selon les ressentis et les besoins. Quant à l’Esprit Saint, il ne se modèle pas à notre image, mais imprime l’image de Dieu en nous.

Il pousse les disciples à raconter les œuvres merveilleuses de Dieu. Il éclaire leur compréhension des Écritures, les fait témoigner, et ce même dans d’autres langues ! Des hommes, des femmes se mettent à parler dans des langues qu’ils ne connaissent même pas ! Ces Juifs d’Israël, disciples de Jésus, ne venaient pas des quatre coins du monde. Ils ne pouvaient donc pas connaître ces langues. C’est un miracle ! Un miracle qui aboutit à ce que des milliers de personnes en recherche spirituelle trouvent leur Sauveur en Jésus-Christ… Je trouve que c’est un encouragement direct pour nous, supplémentaire à tout ce que ce passage peut nous donner : l’Esprit Saint peut aussi nous faire témoigner à une personne de manière complètement appropriée, parfaitement compréhensible pour elle.

L’Esprit Saint ne fait pas l’unanimité. Il reçoit admiration et mépris…(Ac 2.7, 12-13). De surcroît, il opère un tri entre les personnes à la foi authentique, qui découvrent Jésus-Christ comme leur Sauveur, et ceux qui endurcissent leur cœur. Ceux qui résistent à voir Dieu à l’œuvre devant leurs yeux, dans leur quotidien, ceux qui résistent à la grâce de Dieu.

En même temps, l’Esprit Saint unie. C’est un réconciliateur ! Vous vous souvenez l’épisode de la tour de Babel (Gn 11.1-19) ? Les humains voulaient atteindre le ciel en construisant tous ensemble une tour et faire de cet édifice grandiose un sujet de gloriole. Quand Dieu vit leurs intentions, il brouilla simplement leur langage, qui était unique à l’époque. C’est suite à Babel que fut créée la diversité des langues, diversité des nations. C’est par la Pentecôte d’Actes 2, la venue du ciel sur terre, que fut initiée la réconciliation des nations, la réconciliation des humains.

Dans le reste de la Bible, le Saint Esprit est aussi un acteur fondamental de la Création de l’univers (Gn 1.2). Il est celui qui nous maintient tous en vie (Gn 7.22, Ps 4.30), sans qui tout l’univers s’évanouirait dans le néant. C’est une personne qui a inspiré les prophètes d’autrefois, qui a habité et guidé des rois, des juges d’Israël. La différence avec aujourd’hui, c’est que l’Esprit de Dieu demeure éternellement dans les croyants. Une personne qui a réellement reçu l’Esprit de Dieu, même si pendant un temps elle délaisse sa relation avec Dieu, sa foi, l’Esprit Saint demeure toujours en elle ! Rien ne pourra lui arracher. Quel sujet d’espérance !

L’Esprit Saint a une volonté, une intelligence, des sentiments. Il distribue des dons, inspire, guide (Ps 143). Il nous soutient, il prie à notre place lorsque nous n’y arrivons plus (Rm 8.26). Il est un avocat, un défendeur pour les croyants après l’ascension du Christ (1 Jn 2.1). Il travaille en nous pour produire l’amour, la paix, la fidélité, et tant d’autres fruits. Il produit aussi des miracles ! D’ailleurs, le livre des Actes des Apôtres devraient plutôt s’appeler « les Actes de l’Esprit Saint » selon un de mes professeurs. C’est par l’Esprit que les malades ont guéris, que les paralysés se sont mis à marcher, que tous les miracles racontés dans les Actes se sont produits. Jésus lui-même accomplissait toutes ces choses par l’Esprit de Dieu. Lui est rempli de l’Esprit sans mesure, éternellement, tout simplement parce qu’il est Dieu ! C’est l’Esprit qui a ressuscité Jésus et qui ressuscitera l’humanité entière pour voir Dieu face à face. En revanche, on peut l’attrister (Es 63.10 ; Ep 4.30), lui résister, lui mentir (Ac 5.3).

Cet Esprit nous enseigne la volonté de Dieu (Ph 2.13) et témoigne de Christ. Il témoigne du Christ EN nous et PAR nous. Par sa présence en nous, il nous rend fils et filles adoptifs de Dieu, une fois pour toutes (Eph 4.30 ; Rm 8.14) ! Il est aussi appelé Esprit du Christ et Esprit du Père (Rm 8.9 ; Ga 4.6 ; Ph 1.19 ; 1 P 1.11 ; Ac 16.7 ; Mt 10.20). L’Esprit Saint est Dieu dans chaque chrétien authentique. L’Esprit Saint est Dieu en nous.

2. Vivre avec le Saint-Esprit ?

Sans le Saint-Esprit, suivre Christ serait impossible. Sans lui, l’Église n’existerait pas, parce que sans lui, personne ne peut recevoir la grâce de Dieu. Sans lui, nous ne nous connaitrions pas. Nous ne serions pas ensemble ce matin. Sans lui, nous ne pouvons pas connaître l’amour de Dieu, ni le recevoir, ni l’aimer en retour. Sans lui, il n’y aurait aucune limite au mal dans le monde et moins encore de limite à notre propre corruption. Sans lui, la vie n’existerait pas, alors moins encore la nouvelle vie en Jésus-Christ.

L’Esprit Saint est indispensable. Aujourd’hui, c’est un peu la fête de la création de l’Église. On pourrait inconsciemment cantonner l’Esprit Saint à la spiritualité de nos frères et sœurs pentecôtistes. Nous faisons erreur : tout chrétien authentique est habité par l’Esprit de Dieu. Cet Esprit qui est le même hier, aujourd’hui et demain.

Ce que les disciples ont vécu avec l’Esprit, nous pouvons le vivre aujourd’hui ! Alors bien sûr, les Actes sont un temps tout particulier : l’ouverture du Royaume, la création de l’Église, l’accomplissement des promesses qui s’entament. Seulement, l’Esprit en nous, même si nous ne le ressentons pas, est la même personne avec la même volonté.

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai tendance à l’oublier. C’est d’ailleurs le titre d’un livre « Le Dieu oublié », de Francis Chan.

Ma pasteur donnait cette image : le Saint-Esprit est souvent dans nos vies comme l’invité cantonné au fauteuil du salon. Vous savez, un invité que l’on laisse sagement assis pendant que l’on fait nos affaires. Cet invité-là n’a qu’un désir : que nous lui disions « Tu es ici chez toi. ».

Tu es ici chez toi. Tu peux ouvrir toutes les pièces de mon être, fouiller les vieux placards, ouvrir les vieux dossiers jamais classés et faire le ménage en moi. Tu peux ouvrir les rideaux de cette vieille pièce fermée depuis des années où je stocke tout ce que je ne veux plus voir… J’accepte que tu sois là à chaque instant. J’accepte que tu me guides, que tu me conseilles, que tu m’aides à suivre Christ de mieux en mieux. J’accepte que tu me donnes le courage de témoigner de Christ avec audace, coûte que coûte. Saint Esprit, tu es en moi chez toi.

Je vous invite à parler avec Dieu. tout à nouveau s’adresser à l’Esprit de Dieu et lui dire ceci : « Tu es en moi chez toi ».

Comment l’Esprit de Dieu se manifeste-t-il à vous en ce moment ? Ou bien, lequel de ses attributs voudriez-vous vivre prochainement ?

Le Saint-Esprit est Dieu en nous. Il est la marque que Dieu nous a aimés en premier en Christ. Il est notre fidèle ami quotidien, celui qui nous aide à aimer Christ et témoigner de Christ de tout notre être.

(Eglantine CAUDWELL)