La Parole de Dieu au centre

Cette prédication est la première d’une série sur les 10 indices de vitalité, empruntés au processus « Vitalité » proposé par l’UEEL pour une revitalisation des Églises. Ces indices bibliques veulent aider les Églises à porter un regard juste sur elles-mêmes, en vue de devenir des Églises saines et missionnaires.
Et comme une Église, c’est avant les membres qui la composent, ces indices de vitalité peuvent aussi nous aider à faire le point sur notre propre vie spirituelle.
Lecture biblique : 2 Timothée 3.10-17
2 Timothée 3.16 est sans doute un des versets bibliques préférés dans nos Églises évangéliques, un de ceux qui sont les plus cités… Après Jean 3.16 évidemment ! Nous aimons ce texte qui souligne l’inspiration des Écritures, et grâce auquel nous pouvons dire que la Bible est la Parole de Dieu.
Mais pour bien le comprendre, il est utile de le replacer dans son contexte. La deuxième épître à Timothée est une épître tardive du Nouveau Testament. Elle contient les dernières instruction de l’apôtre Paul à son protégé Timothée. Nous sommes dans un contexte de lutte, la persécution contre les chrétiens s’intensifie et Paul dit à Timothée que ça va être dur, qu’il va continuer à rencontrer de l’opposition, qu’il devra se battre et risquer la persécution.
Pour faire face à tout cela, il y a un fondement solide sur lequel s’appuyer : la Bible, Parole de Dieu. Paul invite Timothée à la mettre au cœur de son ministère. La Parole de Dieu au centre. Voilà bien un premier signe de vitalité, pour un chrétien comme pour une Église. Mais qu’entend-on par là ?
La Parole de Dieu est au centre si son autorité est respectée
L’autorité de la Parole de Dieu découle de son inspiration. Si la Bible est la Parole de Dieu, alors elle doit être prise au sérieux et être LA référence pour notre foi et notre vie chrétienne. A cause de Celui qui l’a inspirée.
Comment sait-on si l’autorité de la Parole de Dieu est respectée ? Si elle sert toujours d’étalon à notre foi et notre pratique. Si tout ce que nous faisons cherche à être en accord avec l’enseignement biblique.
Et on a beau dire que la Bible est notre autorité en matière de foi, avouons qu’en pratique, d’autres choses lui contestent cette autorité. Le poids des traditions et des habitudes, la recherche d’expériences ou de sensations fortes, la comparaison (pour ne pas dire la compétition) avec les autres…
Qu’est-ce qui gouverne notre vie ? Qu’est-ce qui est le fondement de nos différents comportements ? Qu’est-ce qui oriente notre vie d’Eglise ? Pourquoi fait-on telle ou telle activité ? Dire : « On a toujours fait comme ça… » n’est jamais une réponse valide !
Il s’agit de remettre les habitudes et les traditions à leur place. Il n’y a pas de tradition qui ne puisse être mise en doute, pas d’habitude qui ne puisse être questionnée. Ça ne veut pas dire qu’on va forcément rejeter toute tradition. Mais il faut que nous soyons prêts à les réévaluer sans cesse à la lumière de la Parole de Dieu.
La Parole de Dieu est au centre si elle étudiée avec sérieux
Pour certains, on pourrait croire qu’il suffit de citer un verset biblique pour justifier telle doctrine ou tel comportement pour avoir respecté l’autorité de l’Ecriture. C’est une erreur ! Je sais qu’il y a cette habitude bien évangélique de vouloir toujours trouver un verset biblique qui réponde de manière définitive à chaque question. Mais la Bible n’est pas un livre de recettes…
L’apôtre Paul rappelle à Timothée que la Parole de Dieu est utile « pour enseigner la vérité, pour persuader, pour corriger les erreurs, pour former à une vie juste. » Cela implique bien plus que de simples citations de versets bibliques mais une étude sérieuse, une lecture intelligente.
Une lecture intelligente de la Bible, c’est d’abord une lecture qui la prend pour ce qu’elle est : une véritable bibliothèque, riche de toute sa diversité. Avec une intention première : révéler le projet de salut de Dieu. Mettre la Parole de Dieu au centre, c’est développer sa culture biblique. Lire et relire la Bible, toute la Bible. Il faut privilégier l’ensemble par rapport au détail. Préférer une lecture continue à une lecture fragmentée.
Ca implique sans doute aussi d’éviter une lecture solitaire. La lecture personnelle est importante, bien-sûr. Mais lire intelligemment la Bible, c’est aussi la lire ensemble, dans l’écoute mutuelle, en acceptant les débats. Pas de pensée unique dans la lecture intelligente de la Bible ! Il s’agit d’être prêt à se laisser surprendre, à être remis en question.
La Parole de Dieu est au centre si elle est mise en pratique
Il faut aller plus loin. Une lecture intelligente ne s’arrête pas à l’intellect. L’apôtre Paul termine son paragraphe en soulignant le but ultime visé, qui n’est pas d’augmenter sa connaissance mais d’être « parfaitement préparé et formé pour faire tout ce qui est bien. » (v.17)
L’objectif pointé par l’apôtre Paul, ce n’est pas une connaissance encyclopédique de la Bible mais une vie transformée et façonnée par elle. La Bible pour elle-même ne sert à rien. Son étude, sa méditation, n’a de sens que si elle nous permet d’avancer spirituellement, de progresser dans la foi.
La Bible sera au centre de notre vie, au centre de notre Église, si elle est mise en pratique. La centralité de la Parole de Dieu se mesure aux fruits qu’elle nous fait porter dans notre vie. Comment la lecture de la Bible continue-t-elle à vous transformer aujourd’hui ?
Il est triste, et parfois même scandaleux, de voir des chrétiens qui connaissent la Bible sur le bout des doigts avoir un comportement en complet désaccord avec l’Évangile : dans le jugement, refusant de pardonner, étant fauteur de trouble, dans le mensonge ou les magouilles… Ce n’est peut-être pas le dimanche au culte, mais pendant la semaine sur leur lieu de travail ou dans leur famille. Ces chrétiens ont beau connaître la Bible par cœur, la Parole de Dieu n’est certainement pas au centre de leur vie !
Conclusion
Affirmer la centralité de la Parole de Dieu, pour une Église ou pour un chrétien, est une évidence. Mais il ne suffit pas de connaître la Bible par cœur pour que ce soit vraiment le cas.
La Parole de Dieu est au centre si son autorité est respectée, si on l’étudie avec sérieux et si elle est mise en pratique. Sinon, elle n’est qu’un élément parmi d’autres dans notre Église et dans notre vie. Et nous ne devrons pas nous étonner alors de manquer de vitalité spirituelle…
Par contre, si elle est vraiment au centre de notre vie, alors l’oeuvre de Dieu en nous sera réelle et elle portera du fruit !

Une réflexion au sujet de « La Parole de Dieu au centre »

  1. Oui, étudiez la Parole de Dieu personnellement et mettre en pratique son enseignement est vital pour un (e) disciple de Christ.
    Est-ce suffisant ? Essentiel ? facile ?
    Même avec un commentaire de texte provenant d’un éminent théologien (John STOTT, par exemple), rien n’est acquis d’avance !
    Je le vis, en ce moment : la mise en pratique, le plus rapidement possible ; l’ECOUTE des uns et des autres dans nos moments de partage le permet.
    Cela reste difficile, certes. Pourtant, se poser une question toute simple est possible :
    « Dans ce cas-là, que ferai Jésus à ma place ? » Mais, y pense-t’on tout le temps ?
    Je connais MA réponse. Et la tienne, quelle est-elle, ma soeur, mon frère ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>