Réveille-toi… et le Christ t’illuminera !

Cette courte prédication fait partie d’un « mini-culte » filmé spécialement pour le temps de confinement dû à l’épidémie de covid-19. La vidéo peut être visionnée ici :

Parmi les lectures bibliques proposées pour ce dimanche 22 mars, celle tirée des épîtres du Nouveau Testament me semble particulièrement appropriée. Elle se trouve dans la lettre de Paul aux Ephésiens, au chapitre 5, les versets 8-14.

Ephésiens 5.8-14
8 Vous étiez autrefois dans l’obscurité ; mais maintenant, par votre union avec le Seigneur, vous êtes dans la lumière. Par conséquent, comportez-vous comme des personnes qui vivent dans la lumière, 9 car la lumière a pour fruit toute sorte de bonté, de droiture et de vérité. 10 Discernez ce qui plaît au Seigneur. 11 N’ayez aucune part aux actions stériles que l’on pratique dans l’obscurité ; dénoncez-les plutôt. 12 On a honte même de parler de ce que certains font en cachette. 13 Or, tout ce qui est dévoilé est mis en pleine lumière ; 14 en effet, tout ce qui est mis en pleine lumière devient à son tour lumière. C’est pourquoi il est dit :
« Réveille-toi, toi qui dors,
relève-toi d’entre les morts,
et le Christ t’illuminera. »

Dans ce dernier verset, l’apôtre Paul cite sans doute un hymne ancien, qui était utilisé dans l’Eglise primitive, peut-être en lien avec le baptême. Ce qui est intéressant, c’est qu’il le cite en appui d’un certain nombre d’encouragements à ses lecteurs pour qu’ils aient une vie conséquente avec leur foi, jouant en particulier sur le contraste entre la lumière et l’obscurité. “Autrefois vous étiez dans l’obscurité, maintenant vous êtes dans la lumière.” Il y a un avant et un après la rencontre avec le Seigneur. Il ne s’agit pas de noircir le tableau et de dire qu’avant on était les pires des êtres humains et maintenant des anges parfaits ! Il s’agit surtout de souligner que notre rencontre avec le Christ change radicalement notre vie et que nous sommes appelés à avoir une vie cohérente avec notre foi, qui se concrétise dans un comportement conforme à l’appel et aux enseignements du Christ.

Pour l’exprimer, trois métaphores sont associées dans cet hymne : le réveil, le relèvement et l’illumination. Les deux premiers verbes sont utilisés en grec pour désigner la résurrection : se réveiller, et se relever d’entre les morts. Ils sont tous les deux utilisés dans le Nouveau Testament par parler de la résurrection du Christ. Mais ici, c’est à nous, croyants, qu’ils sont appliqués. Et même – surprise ! – ils le sont sous la forme d’un appel à nous réveiller et à nous relever. Ca peut surprendre… car, évidemment, on ne peut pas décider de se réveiller quand on dort ! On se réveille quand on a assez dormi, ou quand on fait un cauchemar, ou quand notre réveil sonne. Mais on ne peut pas se dire, tout d’un coup, au milieu de la nuit : “ah, tiens, je vais me réveiller !”. Evidemment, c’est encore plus vrai quant au fait de se relever d’entre les morts ! On peut encore moins le décider… Pourtant l’hymne s’adresse à nous et dit : “Réveille-toi, toi qui dors, relève-toi d’entre les morts.”

L’idée, je pense, est d’affirmer que notre démarche de foi personnelle nous associe à l’oeuvre de résurrection du Christ en nous. C’est évidemment lui qui nous réveille, c’est lui qui nous relève. Mais il ne le fait pas à notre insu. Nous y sommes associés par notre foi.

A l’inverse, pour la troisième métaphore on aurait pu s’attendre à une exhortation qui nous soit adressée, du genre : “expose-toi à la lumière du Christ”. Or, c’est plutôt une affirmation : “Le Christ t’illuminera.” Si tu te réveilles, si tu te relèves d’entre les morts, alors la lumière du Christ brillera sur toi. Peut-être pourrions-nous comprendre ainsi l’image : quand on se réveille, quand on se relève d’entre les morts, on ouvre les yeux… et on se rends alors compte qu’on est en présence de la lumière du Christ. On se rend compte que c’est lui qui nous a précédé dans cette vie nouvelle, que c’est lui qui nous ressuscite.

« Réveille-toi, toi qui dors,
relève-toi d’entre les morts,
et le Christ t’illuminera. »

Les versets qui suivent immédiatement cet hymne prolongent l’exhortation de façon concrète. Et je trouve qu’ils résonnent de manière particulière dans le contexte qui est le nôtre aujourd’hui. Ecoutons-en la lecture :

Ephésiens 5.15-17
15 Ainsi prenez bien garde à votre manière de vivre. Ne vous conduisez pas comme des personnes insensées mais comme des sages. 16 Saisissez toutes les occasions qui se présentent à vous, car les jours que nous vivons sont mauvais. 17 Ne soyez donc pas déraisonnables, mais efforcez-vous de comprendre ce que le Seigneur attend de vous.

“Prenez garde à votre manière de vivre… Ne vous conduisez pas comme des insensés… Les jours que nous vivons sont mauvais…” Vous ne trouvez pas que ces expressions résonnent de manière particulière aujourd’hui ?

Il y a par exemple une formule qu’on utilise beaucoup ces jours-ci, pour conclure les messages qu’on s’envoie les uns aux autres, c’est “prenez soin de vous !” Et j’ai moi-même adopté cette formule qui me paraît tout à fait appropriée. D’autant que prendre soin de soi, en respectant les consignes sanitaires, c’est aussi prendre soin des autres.

Quant aux comportements insensés, déraisonnables, on en a vu et on en voit encore, avec ceux qui pensent pouvoir braver les interdits, s’extraire des consignes sanitaires, parce qu’ils se croient hors d’atteinte du virus, ou qu’ils croient tout simplement qu’on nous ment, avec je ne sais quelle théorie complotiste. Ce comportement égoïste oublie qu’on met ainsi en danger, non seulement sa vie, mais aussi et surtout celle des autres. Si on est en bonne santé, on peut être porteur du virus, et on risque de le propager à d’autres qui risquent de contracter la maladie.

Au nom de l’Evangile, les croyants se doivent d’être exemplaires dans la crise que nous traversons.

Je trouve qu’on a là une leçon qu’on peut appliquer bien au-delà de l’épidémie de covid-19. L’exhortation demeure, en toutes circonstances : Prenez garde à votre manière de vivre, non seulement pour vous mais aussi pour les autres. Votre comportement a des conséquences chez votre prochain.

Notre égoïsme, notre orgueil, nos comportement irresponsables impactent négativement ceux que nous côtoyons. Mais notre bienveillance, notre amour, notre accueil et notre ouverture les impacte favorablement. C’est vrai partout et tout le temps.

L’exemple que nous a donné le Christ est bien celui de la solidarité et du souci de l’autre. Fils de Dieu, il est devenu humain, partageant notre condition, nos limites, nos souffrances, jusqu’à la mort. C’est pour nous qu’il est venu. Sa lumière est venu briller dans notre obscurité. Et si nous y prêtons attention, elle nous atteint aujourd’hui encore. Nous pouvons l’ignorer, ne pas y prêter attention. Nous pouvons l’oublier, parce que nous nous assoupissons spirituellement. Pourtant elle est là, il nous suffit d’ouvrir les yeux, par la foi, pour la voir !

Alors entendons cet appel et vivons-le, chacun pour notre part :

« Réveille-toi, toi qui dors,
relève-toi d’entre les morts,
et le Christ t’illuminera. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>