L’Eglise et la mission… de Dieu

 

Quelle est la mission de l’Eglise ? Quand on pose cette question, les réponses sont multiples. Il y a ceux qui disent que c’est d’abord l’évangélisation, d’autres qui disent que c’est l’engagement social, voire d’autres choses encore…

En réalité, définir la mission de l’Eglise se révèle souvent une mission… impossible !

Et si, finalement, la question était mal posée ?

« Ce n’est pas tant que Dieu a une mission pour son Eglise dans le monde, mais plutôt que Dieu a une Eglise pour sa mission dans le monde. La mission n’a pas été faite pour l’Eglise ; c’est l’Eglise qui a été faite pour la mission. Pour la mission de Dieu. »  (Cité par Christopher J.H. Wright : La mission de Dieu, Excelsis, p.60)

Avant de parler de mission de l’Eglise, il faut comprendre la mission de Dieu. Une Eglise en mission, ce n’est pas une Eglise qui accomplit « sa » mission, c’est une Eglise qui entre dans la mission de Dieu.

Le Dieu qui nous est présenté dans la Bible, dès la première page, est un Dieu en mouvement, en action. Un Dieu en mission. La mission de Dieu en Genèse 1, c’était de créer un monde parfait et il ne s’est reposé que lorsque sa mission a été accomplie, lorsqu’il constata à la fin du 6e jour que ce qu’il avait fait n’était pas seulement bon comme les jours précédents mais très bon.

Mais le mal est apparu, le péché est venu abîmer la création très bonne de Dieu, il est venu défigurer l’humanité créée en image de Dieu. Dès lors, la mission de Dieu est de restaurer ce monde sous la domination du mal. C’est ce dont parle tout le reste de la Bible : la façon dont Dieu s’est impliqué dans l’histoire du monde pour le racheter. Avec comme point névralgique de cette mission de Dieu, la venue et l’oeuvre de Jésus-Christ. Et Dieu ne se reposera que lorsqu’il aura pleinement accompli la mission qu’il s’est choisie. Ce repos de Dieu est évoqué dans les dernières pages de la Bible, avec l’humanité réconciliée et un monde racheté, dans la nouvelle création.

Je vous propose donc de lire un des grands textes bibliques sur l’incarnation, centre névralgique de la mission de Dieu, et de le lire dans cette optique de comprendre la mission de Dieu dans laquelle nous sommes appelés à entrer…

Lecture biblique : Jean 1.1-18

1 Au commencement était la Parole. La Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu. 2 Au commencement, la Parole était avec Dieu. 3 Par elle, Dieu a fait toutes choses et il n’a rien fait sans elle. 4 En elle, il y a la vie, et la vie est la lumière des êtres humains. 5 La lumière brille dans la nuit, mais la nuit ne l’a pas reçue.
6 Dieu a envoyé un homme qui s’appelait Jean. 7 Il est venu comme témoin pour être le témoin de la lumière, afin que tous croient par lui. 8 Il n’était pas la lumière, mais il était le témoin de la lumière.
9 La Parole est la vraie lumière. En venant dans le monde, elle éclaire tous les êtres humains.
10 La Parole était dans le monde, et Dieu a fait le monde par elle, mais le monde ne l’a pas reconnue. 11 La Parole est venue dans son peuple, mais les gens de son peuple ne l’ont pas reçue. 12 Pourtant certains l’ont reçue et ils croient en elle. À ceux-là, la Parole a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. 13 Et ils sont devenus enfants de Dieu en naissant non par la volonté d’un homme et d’une femme, mais de Dieu.
14La Parole est devenue un homme, et il a habité parmi nous. Nous avons vu sa gloire. Cette gloire, il la reçoit du Père. C’est la gloire du Fils unique, plein d’amour et de vérité.
15  Jean est son témoin. Il affirme d’une voix forte : C’est de lui que j’ai parlé quand j’ai dit : « L’homme qui vient après moi est plus important que moi, parce qu’il existait déjà avant moi. »
16 Oui, nous avons tous reçu une part de sa richesse, nous avons tous été remplis de son amour, et de plus en plus. 17 Dieu nous a donné la loi par Moïse, mais l’amour et la vérité sont venus par Jésus-Christ. 18 Personne n’a jamais vu Dieu. Mais le Fils unique, qui est Dieu et qui vit auprès du Père, nous l’a fait connaître.

1. Une mission qui n’est pas la nôtre mais celle de Dieu

La mission de Dieu n’est pas la nôtre mais celle de Dieu. Elle remonte à la nuit des temps, à l’origine de l’univers !
Elle nous précède : « Au commencement était la Parole. »… « Par elle, Dieu a fait toutes choses et il n’a rien fait sans elle. »…
Et elle nous rejoint : « La Parole est devenue un homme, et il a habité parmi nous. » « nous avons tous reçu une part de sa richesse, nous avons tous été remplis de son amour, et de plus en plus. »

C’est le même Dieu qui a tout créé et qui est venu en Jésus-Christ. C’est, d’une certaine manière la même mission, ou disons plutôt les deux faces de la même mission : Dieu a tout créé et Dieu restaure tout ce qu’il a créé.

Alors élargissons notre regard ! Prenons conscience que l’Eglise, depuis 2000 ans et malgré ses imperfections et même ses fautes, est une part de la mission de Dieu. Et l’Eglise locale à laquelle j’appartiens est une toute petite part de cette Eglise universelle, elle-même une part de la mission de Dieu. Et moi je suis une part de l’Eglise locale à laquelle j’appartiens, qui est une petite part seulement de cette Eglise universelle, elle-même une part de la mission de Dieu.

Elargissons notre regard pour comprendre le privilège extraordinaire de faire humblement partie d’une mission si grande, celle de Dieu. Et cela doit nous déculpabiliser : cette mission, ce n’est pas la mienne, ni celle de mon Eglise. Elle ne repose pas sur nos épaules… C’est la mission de Dieu, celle qu’il accomplit pour une petite partie avec moi, avec nous.

La vision de l’Evangile est universelle, infinie et éternelle. Et notre vision de l’Evangile est souvent locale, limitée et ponctuelle. La mission de Dieu vient du fond des âges, elle a une dimension universelle et même cosmique (elle concerne l’univers entier). Ma vision de la mission de Dieu se limite souvent à ma vie, voire à mon Eglise, et se restreint à telle action d’évangélisation ou tel témoignage concret.

Alors oui, élargissons notre regard et ouvrons-nous à la mission de Dieu. Ca déculpabilise, ça libère, ça motive !

2. Une mission qui nous fait briller de la lumière de Dieu

Quelle rôle sommes-nous alors amenés à jouer dans cette mission de Dieu ? Car nous en avons bien un, celui que le Christ lui-même a confié à ses disciples, à la fin de l’évangile : « Comme le Père m’a envoyé, moi je vous envoie » (Jean 20.21)

Il y a dans ces paroles un passage de relais. La mission de Dieu s’accomplit pleinement en Christ. Désormais, c’est à travers ses disciples qu’il continuera de le faire. Ce qui est vrai de la mission de Dieu à travers le Christ doit être aussi vrai, d’une certaine façon, de la mission de Dieu à travers ses disciples, son Eglise… nous ! Mais ce doit être un peu à la manière de Jean-Baptiste dans notre texte. « Il n’était pas la lumière, mais il était le témoin de la lumière. »… « L’homme qui vient après moi, dit-il, est plus important que moi, parce qu’il existait déjà avant moi. »

La mission de Jean-Baptiste, c’était de s’effacer devant la lumière du Christ. Il doit en être de même pour nous. Nous sommes bien appelés à briller… mais on ne brille que de la lumière du Christ, pas de la nôtre !

Puiser à la source

Si vous voulez entrer dans la mission de Dieu, il faut que vous appreniez sans cesse à connaître Dieu. Il faut s’exposer à sa lumière pour pouvoir la refléter. Il faut avoir reçu de Dieu pour pouvoir donner autour de nous :

« Oui, nous avons tous reçu une part de sa richesse, nous avons tous été remplis de son amour, et de plus en plus. » (v.16)

Recevoir une part des richesses de Dieu, être rempli de son amour, vivre dans sa lumière. Voilà notre premier impératif. Vous avez beau avoir le miroir le plus beau et le plus efficace, si vous ne l’orientez pas dans la bonne direction, il ne reflétera rien… Pour briller de la lumière du Christ dans le monde, on a beau étudier des méthodes, élaborer des stratégies, confectionner des outils pertinents, apprendre la culture dans laquelle on vit… si on ne va pas se ressourcer sans cesse auprès du Seigneur, tout cela ne servira à rien !

Une lumière qui s’expose et ne se cache pas…

Dans le prologue de l’Evangile selon Jean, la Parole est venue pour être entendue, la lumière est venue pour éclairer et révéler :

« La Parole est devenu un homme. Et il a habité parmi nous. Nous avons vu sa gloire. Cette gloire, il la reçoit du Père. » (v.14)
« Personne n’a jamais vu Dieu. Mais le Fils unique, qui est Dieu et qui vit auprès du Père, nous l’a fait connaître. » (v.18)

C’est à nous maintenant de briller de la lumière du Christ. On pense forcément à cette fameuse parole de Jésus dans le Sermon sur la Montagne : « Quand on allume une lampe, ce n’est pas pour la mettre sous un seau ! Au contraire, on la met bien en haut, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. » (Matthieu 5.15).

Or, briller, c’est s’exposer. Et s’exposer c’est parfois se mettre en difficulté voire en danger. On ne sait jamais comment les gens vont réagir à la lumière… Cacher la lumière sous un seau, la garder pour nous, bien au chaud, c’est beaucoup plus confortable… Mais c’est contraire à la mission de Dieu qui, elle, brille, rayonne, illumine. Alors, avons-nous vraiment le désir de rayonner ?

Une lumière qui s’offre à tous mais qui ne s’impose pas

Dernier aspect de la lumière du Christ dans le prologue de Jean, c’est qu’elle a brillé pour tous, même si beaucoup refusaient de la recevoir. Elle s’offre à tous mais elle ne s’impose pas.

« La Parole est la vraie lumière. En venant dans le monde, elle éclaire tous les êtres humains. » (v.9)
« La Parole est venue dans son peuple, mais les gens de son peuple ne l’ont pas reçue. » (v.11)

La lumière de l’Evangile est une lumière généreuse, qui ne choisit pas sa cible. Un peu comme la semence que jette le Semeur, dans la parabole, et qui tombe dans tous les terrains, même le moins hospitalier.

La lumière de l’Evangile n’est pas un rayon laser, un faisceau lumineux intense et concentré qui vise, stigmatise, agresse. C’est une lumière rayonnante et large, une lumière ouverte et accueillante. Voyez Jésus qui allait à la rencontre de tous ceux que les autres rejetaient ou jugeaient.

C’est très bien de briller. Mais de quelle lumière brillons-nous ?

Conclusion

Parler de la mission de Dieu, c’est parler de l’oeuvre de Dieu dans l’histoire, dans le monde, dans notre vie. C’est reconnaître que tout ce que nous sommes et ce que nous avons, c’est à lui que nous le devons.

Et c’est libérateur parce que le poids de la mission ne repose pas sur nos épaules. C’est l’oeuvre de Dieu ! Mais, par grâce, la mission de Dieu passe par nous, elle traverse nos vies, elle emporte nos Eglises.

Elle déborde nos schémas et nos a priori. Elle nous surprend. Laissons-nous éclairer par la lumière du Christ et découvrons quels reflets elle est appelée à prendre dans notre Eglise et dans chacune de nos vies ! C’est là notre mission.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>