Au grand jour et sur les toits !

Lecture biblique : Matthieu 10.26-33

Précisons d’abord le contexte de ces paroles. Elles font partie du discours de Jésus à ses disciples, au moment où il les choisit. Il les envoie et les avertit : « Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. » Il leur dit qu’ils vont subir des persécutions, qu’ils seront traduits devant les tribunaux et qu’ils seront haïs à cause de leur foi. Bref, ce n’est pas vraiment encourageant comme tableau… Et c’est après tout cela que Jésus leur dit ces paroles : « Ne les craignez donc pas !»

Jésus se veut donc rassurant pour ses disciples… Même si son discours est fait de contrastes, où les affirmations semblent parfois presque se contredire. Ainsi Jésus dit que les gens vont les persécuter… mais qu’il ne faut pas avoir peur d’eux. Il dit qu’il faut craindre Dieu qui peut nous faire périr dans la géhenne… mais qu’en même temps Dieu est prévenant jusqu’à connaître le nombre de nos cheveux. Jésus ne nous reniera pas si on ne le renie pas… mais il nous reniera si on le renie !

En fait, on pourrait se demander si ces paroles sont vraiment rassurantes ! Ceci dit, c’est quand même bien l’intention de Jésus si on en croit sa première exhortation : « Ne les craignez pas ! », qu’il répète au verset 31 : « Soyez donc sans crainte. »

On pourrait reformuler les paroles de Jésus ainsi : Nous ne devons pas craindre les hommes. Ils peuvent peut-être atteindre notre corps mais notre âme leur est inaccessible. Le seul que nous devrions craindre, c’est Dieu car lui peut nous tuer corps et âme. Mais Dieu est prévenant, il nous aime et connaît jusqu’au nombre de nos cheveux… Nous pouvons être sans crainte devant lui ! Confessons donc le Christ publiquement !

Ou encore plus court : N’ayons pas peur de proclamer publiquement le Christ !

N’ayons pas peur

Il faut le dire : vu ce que Jésus venait de dire à ses disciples, ces derniers avaient de quoi avoir peur ! N’est-il pas légitime de craindre ceux qui vous persécutent, qui cherchent à vous nuire et vous haïssent ? Jésus ne nie pas qu’ils puissent représenter un danger pour ses disciples. Ils peuvent « tuer le corps », ce qui n’est quand même pas rien ! Mais Jésus relativise même cela, avec deux arguments :
Ils ne peuvent pas « tuer notre âme », c’est-à-dire notre vie véritable qui est en Dieu. Si le corps est atteint, c’est dans cette vie-ci. Notre vie éternelle, elle, est en Dieu et aucun homme ne peut y porter atteinte.
Dieu prend soin de nous, il est prévenant jusqu’à connaître le nombre de nos cheveux. Cela signifie qu’il ne souhaite pas que nous souffrions, qu’il prendra soin de nous mais que si nous devons souffrir, il sera à nos côtés.

Et pourtant, nous avons peur… Nous avons peur de répéter en plein jour ce que le Seigneur nous dit tout bas. Nous avons peur de crier sur les places. Nous avons parfois peur de nous afficher comme chrétien, aujourd’hui encore. Nous vivons au quotidien comme des croyants incognito.

Vous me direz : oui mais ce n’est pas facile en France, avec la laïcité, la méfiance envers la religion, le terrorisme, etc… OK, c’est vrai. Mais vous pensez que c’était plus facile au temps de Jésus ? Et Jésus n’a jamais dit que ce serait facile ! Il a même dit le contraire… Je suis frappé de voir combien Dieu donne courage et force à ceux de nos frères et sœurs chrétiens qui vivent dans des contextes de persécutions à cause de leur foi. Ils sont des exemples pour nous.

Pour eux comme pour nous, Jésus nous redit ces paroles adressées à ses disciples : « Ne les craignez pas ! »

Mais le verset 33 est difficile à entendre… Vraiment, Jésus pourrait nous renier ? Il me semble que la parole de Jésus ici doit être entendue comme celle qui précède où il dit à ses disciples que s’il y a quelqu’un à craindre, ce ne sont pas les hommes mais Dieu seul ! S’il y a quelqu’un à qui rester fidèle jusqu’au bout, quelle que soit l’adversité, c’est bien Jésus-Christ. Lui qui a été jusqu’au bout de sa mission pour nous ! Jésus nous invite au courage de la foi.

Et puis on a aussi un exemple de triple reniement dans les évangiles, avec l’apôtre Pierre. Et Jésus ne l’a pas renié pour autant. Ca ne veut pas dire que c’est une parole en l’air de la part de Jésus ici. Mais elle nous pose la question : comment restons-nous fidèle au Christ dans l’adversité ?

Je ne sais pas si vous avez vu « Silence », le film de Martin Scorsese sorti en début d’année au cinéma. C’est exactement un des sujets du film qui raconte l’histoire de deux prêtres jésuites, au XVIIe siècle, qui se rendent au Japon pour retrouver leur mentor dont on dit qu’il aurait renié sa foi. Ils découvrent un pays où le christianisme est devenu illégal et ses fidèles persécutés, obligés de vivre leur foi caché. Le film pose notamment la question de la foi face à l’inquisition : faut-il y céder tout en gardant une foi intérieure cachée ou faut-il rester fidèle quoi qu’il en coûte ? Vraiment, je suis sorti ébranlé de ce film, interpellé quant à ma foi et la façon de la vivre ou non publiquement.

Proclamons le Christ

« Ce que je vous dis dans l’ombre, dites-le au grand jour ; ce que vous entendez dans le creux de l’oreille, proclamez-le sur les terrasses » (v.27)

Au lieu des « terrasses », on pourrait dire : « sur les toits » puisqu’il s’agit des toits en terrasse des maisons de l’époque. Il s’agit donc de dire l’Evangile au grand jour et le proclamer sur les toits !

Ca me rappelle un peu l’exhortation de Jésus, dans le Sermon sur la Montagne, à être lumière du monde. On ne met pas une lampe sous un seau… on la met bien en évidence pour qu’elle brille aux yeux de tous. Ici, briller, c’est proclamer bien haut le Christ.

Et Jésus enfonce le clou aux versets 32-33 en invitant ses disciples à se déclarer publiquement pour le Christ. Il le fait avec solennité, en mettant en garde contre le fait non seulement de se taire mais de le renier.

Dire l’Evangile au grand jour. Le proclamer sur les toits. Se déclarer publiquement pour le Christ. Vous y arrivez facilement, vous ? Moi pas… Pour certains, c’est peut-être facile, mais pour beaucoup, il faut se faire violence !

Il ne s’agit pas forcément d’aller sur la place du Capitole, de monter sur une chaise et proclamer des versets bibliques dans un micro. Mais avouons qu’il n’est pas toujours facile de mettre en pratique ces exhortations de Jésus.

Et puis il y a, c’est vrai, des contraintes aujourd’hui qui rendent impossible le fait de dire ouvertement sa foi dans certains contexte. C’est le cas, en France, dans les hôpitaux, à l’école, dans les services publics en général… Vous serez simplement virés si vous le faites ! Les actes doivent alors prendre le relais des paroles. Et les paroles peuvent s’exprimer en dehors du travail…

Dire l’Evangile au grand jour. Le proclamer sur les toits. Se déclarer publiquement pour le Christ…

Lorsque Jésus dit à ses disciples qu’il les envoie comme des brebis au milieu des loups, il leur dit aussi d’être rusés comme les serpents et innocents comme les colombes ! Et il y a des chrétiens qui sont tellement rusés que personne ne sait jamais qu’ils sont croyants et d’autres qui sont tellement innocents, ou naïfs, qu’ils tendent toujours le bâton pour se faire battre ! Il ne s’agit pas d’être suicidaires spirituellement et de venir toujours avec ses grands sabots évangéliques !

Il s’agit de faire preuve de sagesse, de bon sens, d’opportunisme. Mais il s’agit aussi de mettre comme priorité la cause du Christ. C’est notre mission de disciples de Jésus-Christ, à laquelle il nous faut répondre… même s’il faut se faire un peu violence !

Conclusion

L’appel de Jésus à ses disciples résonne d’une façon particulière pour nous aujourd’hui. L’impératif de se déclarer publiquement pour le Christ demeure. Celui de dire au grand jour et de proclamer sur les toits l’Evangile, aussi. Même s’il nous faut être, pour parler comme Jésus, « rusés comme les serpents » pour le faire d’une manière respectueuse de la laïcité.

Nous pouvons bien-sûr nous retrouver face à des laïcards obtus, des antireligieux ou des anticléricaux. Il faut faire avec… Et il y a des contextes spécifiques où l’extrême prudence doit être de mise. Il n’empêche que le défi demeure : nous sommes, en tant que disciples du Christ, appelés à être ses témoins, chacun personnellement, et en tant que communauté. Et ce n’est pas qu’une affaire intime et privée.

Nous avons le droit de le dire dans notre France laïque. Y compris dans l’espace public. Pour autant que nous le fassions de manière respectueuse, sans causer de trouble. Certains devront se retenir, pour rester dans les limites du respect. D’autres devront se faire violence.

Inventons de nouvelles manières de dire au grand jour et de proclamer sur les toits que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est Sauveur !

Une réflexion au sujet de « Au grand jour et sur les toits ! »

  1. Merci Vincent pour ce que tu nous apportes.

    C’est vrai que nous(me) proclamer de Christ, par Lui et en Lui n’est pas facile.
    De dire à un frère ou une soeur en Christ, je t’aime, peut être mal compris, inadapté ; surtout d’un homme à une (jeune) femme et d’une femme à un homme voire homme à homme, femme à femme.
    Or, la Parole de Christ nous dit bien : « AIMEZ-vous les uns les autres comme JE vous ai AIME ». Et ce sans AUCUNE distinction de sexe, race, culture et histoire.
    Pour ma part, je l’ai fait : au F.E.U. fastoche !
    à la chorale ? Aussi et plus difficile. Ca à été accepté avec des questions et aussi du RESPECT.
    Temps de pause pendant 2 mois et après…A la Grâce de Notre Seigneur, Sauveur et Maître Jésus Christ.

    Alléluia et amen.
    André

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>