Archives pour la catégorie Prédication dimanche matin

Reconnaître l’autorité de Jésus

Ce n’est pas toujours simple de respecter l’autorité de quelqu’un d’autre… Si certains sont vraiment à l’aise pour entrer dans le moule et suivre les instructions, sans trop se poser de questions, d’autres se méfieront toujours de ce qu’on leur impose. C’est vrai dès l’enfance, où obéir est difficile ! Mais ensuite, le problème demeure : en famille, où les rapports d’autorité peuvent conduire à des conflits ou des ruptures ; dans les études, quand on remet en cause les profs et la pertinence de ce qu’ils nous demandent ; et bien sûr au travail, où les rapports d’autorité peuvent très bien se passer mais peuvent aussi ressembler à une croix qu’on porte jour après jour, si notre n+1 est incompétent voire injuste et malveillant.

Evidemment, en France, patrie des révolutionnaires, l’autorité passe mal, d’autant plus à une époque où les hiérarchies se sont nettement assouplies : les droits de chacun sont davantage mis en avant, on se réclame de l’égalité. Dans ce contexte, l’autorité est douteuse – ne va-t-on pas me voler ma liberté ? Me forcer à faire ce que je ne veux pas ? Et puis, Untel, qu’il soit ministre ou chef d’équipe, ne restera peut-être pas à son poste indéfiniment – donc faut-il vraiment lui obéir ?

En tant que chrétiens, le virage vers la soumission à Dieu est raide. Que nous soyons brebis dociles ou moutons noirs, il y a forcément quelque chose qui coince, tout simplement parce que reconnaître que je ne suis pas le maître du monde, ou juste le maître de ma vie, vient heurter mes aspirations, mes désirs voire mes délires. Le péché originel, fondamental, n’est-ce pas un couple qui décide de faire fi des demandes de Dieu, et de décider pour lui-même ce qui est le mieux ?

Le sujet est vaste, sûrement à nuancer selon les personnalités et les cultures, mais le texte qui nous est proposé aujourd’hui dans la liste des lectures bibliques vient nous interpeller. Nous sommes dans l’Evangile de Matthieu, plutôt au début des 3 ans où Jésus parcourt le pays d’Israël en apportant enseignements et guérisons. Il commence à être connu, mais peu se doutent de qui il est vraiment.

Lecture biblique : Matthieu 8.5-13

5 Au moment où Jésus entrait dans Capharnaüm, un centurion (du grade de sergent à peu près, commandant une troupe de plusieurs dizaines d’hommes – dans le monde du travail, ce serait un chef d’équipe sur le terrain) un centurion s’approcha et le supplia :

6 « Seigneur, mon serviteur est couché à la maison, il est paralysé et souffre terriblement. »

7 Jésus lui dit : « Moi je viendrai le guérir. »

8 Mais le centurion répondit : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit. Mais dis seulement un mot et mon jeune serviteur sera guéri !

9 Car je suis moi-même soumis à mes supérieurs et j’ai des soldats sous mes ordres. Si je dis à l’un : “Va !”, il va ; si je dis à un autre : “Viens !”, il vient ; et si je dis à mon serviteur : “Fais ceci !”, il le fait. »

10 Quand Jésus entendit ces mots, il fut dans l’admiration et dit à ceux qui le suivaient : « Je vous le déclare, c’est la vérité : je n’ai trouvé une telle foi chez personne en Israël.

11 Je vous le dis, beaucoup viendront de l’est et de l’ouest et prendront place à table dans le royaume des cieux avec Abraham, Isaac et Jacob. 12 Mais ceux qui appartenaient au royaume seront jetés dehors, dans l’obscurité, où ils pleureront et grinceront des dents. »

13 Puis Jésus dit au centurion : « Retourne chez toi, que tout se passe pour toi selon ta foi ! » Et le serviteur du centurion fut guéri à ce moment même.

         

Un récit de miracle : au-delà des frontières

Alors que Jésus rentre au village de Capharnaüm, un de ses QG, un centurion s’approche de lui, avec une demande voilée : son serviteur (manifestement estimé) est malade – sous-entendu, est-ce que Jésus peut faire quelque chose pour lui ? La réaction de Jésus est immédiate : « j’arrive ! » Il voit quelqu’un en détresse, et il accourt. Cette rencontre nous en dit long sur la disponibilité de Jésus, sur son empressement à faire du bien. C’est le même Jésus qui vit encore aujourd’hui, avec qui nous sommes en relation.

Son empressement est d’autant plus remarquable que ce centurion est le premier non-Juif à l’approcher, mais ce n’est pas un simple étranger, un touriste ou un frontalier : il appartient aux forces d’occupation romaines qui ont Israël en leur pouvoir, avec un degré de popularité que vous pouvez imaginer ! Alors, l’Evangile de Luc précise que ce centurion-là était plutôt bien vu, mais il reste un ennemi, au niveau politique. Dans ce chapitre, le disciple de Jésus, Matthieu, nous présente trois histoires de guérisons, trois histoires toutes simples mais révolutionnaires : Jésus guérit un lépreux (donc un Juif malade, impur, mis en quarantaine), le serviteur d’un officier romain, et une femme, la belle-mère de Pierre.

Trois catégories de personnes qui étaient souvent mises de côté dans la société juive. Jésus abat les frontières : sa compassion est pour tout le monde. Par lui, l’amour de Dieu rejoint toutes les catégories de personnes – et c’est encore vrai aujourd’hui ! Jésus veut encore apporter l’amour de Dieu à tous, qu’ils soient bien ou mal vus, qu’ils soient respectables ou méprisés… Pour lui, quelles que soient nos catégories, il y a juste des personnes à rencontrer et à aimer.

Cette rencontre met en avant la puissance de Jésus qui guérit, qui n’a d’égale que sa bonté et son amour. Si l’échange s’était arrêté là entre le centurion et Jésus, c’est la leçon principale qu’on retiendrait. Mais la réaction du centurion romain introduit un rebondissement dans l’histoire qui déplace notre attention de Jésus au centurion lui-même comme un projecteur qui viendrait l’éclairer plus fort.

          Une foi étonnante

Le centurion refuse la venue de Jésus chez lui ! Vous imaginez ? « Viens ! non, pas trop près ! » C’est étrange ! Bon, le centurion était sûrement au courant qu’un Juif pieux n’avait pas vraiment le droit d’aller chez un étranger, parce que ça transgressait les règles de pureté et ça le mettait en difficulté pour participer aux rites juifs. Donc il y a sûrement le respect des traditions juives dans sa réaction. Mais pas seulement !

La raison que le centurion donne, c’est qu’il reconnaît l’autorité de Jésus. Il reconnaît sa puissance, ou plus précisément la puissance de sa parole et de ses pensées. Lui, il a l’habitude de la hiérarchie, de voir des ordres se réaliser, d’obéir et d’être obéi. Et il comprend que les miracles de Jésus ne relèvent pas de la magie ou d’une compétence particulière, mais qu’ils découlent de l’identité de Jésus. Identité mystérieuse, mais sous-jacente : qui d’autre que le créateur peut parler et la chose arrive (comme dit le psaume 33) ? qui d’autre que Dieu pense – et sa pensée se réalise, sans aucun intermédiaire ? Jésus a l’autorité du Créateur.

La foi du centurion touche à la vérité de qui est Jésus, avec un discernement d’une clarté époustouflante. Et Jésus en est époustouflé. D’habitude, dans les Evangiles, ce sont ceux qui entourent Jésus qui sont époustouflés : ses disciples, les foules, même ses opposants. Jésus bouleverse leur vision du monde ! Mais cette rencontre avec le centurion est la seule fois, dans les Evangiles, où Jésus est bouleversé, époustouflé, admiratif. La seule.

Il en est tellement retourné qu’il en tire un commentaire : cet étranger est un digne héritier du croyant Abraham, qui avait tout quitté à cause d’une promesse folle de Dieu. Sa foi le fait entrer dans la grande famille de Dieu, autour de cette table de réjouissance, de communion, de fraternité qui réunit ceux qui aiment Dieu, peu importe leur origine. Mais Jésus donne aussi un avertissement : ceux qui s’imaginent avoir leur place attitrée auprès de Dieu à cause de leur origine, de leurs œuvres, de leurs traditions ou de leurs valeurs, ceux-là se trompent. Toutes ces choses-là sont dérisoires devant Dieu. Seule la foi, seul le cœur qui reconnaît ses failles et ses fautes pour demander secours à Jésus, seule cette confiance a du poids. Parce qu’elle laisse Dieu être Dieu, et agir.

          La place de l’autorité

Qu’y-a-t-il de particulier chez ce centurion ? Il a confiance en Jésus ? bien des malades guéris aussi ! Il est humble ? il n’est pas le seul ! Plusieurs approcheront Jésus avec respect pour le Maître, le Rabbi. Ce qui semble unique chez cet homme, c’est qu’il reconnaît l’autorité suprême de Jésus. Au-delà de ce que Jésus peut faire, le centurion voit qui Jésus est. Il n’a pas foi en quelque chose, mais en quelqu’un.

Quelqu’un qui possède la puissance du Créateur, mais aussi sa bonté. N’est-il pas plus facile de suivre un chef compétent qui ne veut que notre bien ? que notre salut ? qui nous aime du plus profond de son cœur ? Le centurion ne le sait pas, mais quelques mois plus tard, ce Créateur devenu homme, il va mourir pour nous libérer du poids de nos fautes. Ce n’est pas un chef qui écrase ou qui domine, mais qui bénit et qui relève, à l’autorité douce.

D’ailleurs, le centurion, aussi respectueux soit-il, n’a pas hésité à venir à Jésus, il lui a confié sa demande, il a osé ! Respecter Jésus comme sauveur et comme Seigneur, ce n’est pas se taire à tout jamais ou ne rien demander. C’est choisir de mettre en avant sa puissance et sa bonté. Peut-être que parfois, sous couvert de soumission, nous ne confions pas assez notre vie à Jésus, parce que nous avons une image trop petite de lui. Paradoxalement, reconnaître l’autorité de Jésus, c’est venir à lui librement.

Soyons clairs : les diverses rencontres racontées dans les Evangiles nous montrent que Jésus ne mesure pas la foi avant d’y répondre. Il n’attend pas un certain taux de foi pour accéder aux requêtes ! un simple mouvement vers lui est déjà pris en compte, et Jésus répand largement ses bénédictions. Pour que Jésus vous écoute, vous n’avez pas besoin de passer un certain niveau, d’avoir un diplôme de foi. Votre simple cri vers lui, même sans mots articulés, même sans savoir trop qui il est, votre simple cri est entendu.

Il n’empêche que la foi du centurion nous invite à ne pas rester à une foi première, rudimentaire, viscérale, mais à discerner de plus en plus l’autorité du Christ, son identité divine et sa dignité, sa gloire, que nous sommes appelés à respecter. Je vais prendre un exemple.

Imaginez des parents, assis dans le salon. Ils entendent un cri dans la chambre, leur fils adolescent les appelle car il est tombé en allant chercher un carton en haut du placard. Il s’est sûrement cassé quelque chose et il souffre terriblement. A priori, les parents vont l’emmener aux urgences. Il n’y pas vraiment de suspense ! Mais la situation se vivra complètement différemment si leur fils les insulte ou s’il leur parle avec respect et confiance. La relation parents-enfant n’en ressortira pas pareil. L’amour des parents ne changera pas, mais la qualité de leur relation vécue ne sera pas la même.

Jésus n’attend pas notre respect et notre reconnaissance pour nous aimer et nous répondre. Mais nous avons tout à gagner à grandir dans ce respect, à devenir pas seulement des croyants, mais aussi des disciples, qui reconnaissent son identité divine, sa puissance et sa bonté – parce que c’est là que notre relation avec lui accueillera les plus belles bénédictions.

Ne pas passer à côté de l’Eglise

 

J’imagine que vous avez reçu des cartes de voeux en ce début d’année… Il arrive encore qu’on en reçoive par la poste, même si c’est bien plus souvent maintenant par mail ou simplement par SMS. J’avoue que quand je reçois une carte de voeux, je la lis un peu rapidement… Et je passe volontiers sur les formules traditionnelles qu’on trouve au début ou à la fin. Vous savez, du genre : “bonne année, et surtout la santé !”

On retrouve un peu la même chose dans les courriers en général, surtout s’ils ont un caractère officiel. Il y a toujours des formules qu’on utilise, au début ou en fin de lettre, et bien souvent, on ne les lit même pas. On va directement au corps de la lettre.

Toute une partie du Nouveau Testament est justement constituée de lettres, notamment écrites par l’apôtre Paul, adressées à des Églises ou des collaborateurs. Comme dans toute lettre, on y trouve aussi des formules de salutation, en introduction et en conclusion.. Et on peut facilement passer un peu vite sur ces formules. On se dit que ce n’est pas très important et qu’il vaut mieux aller tout de suite au développement qui suit.

Mais si on considère que toute la Bible est la Parole de Dieu, alors ces formules aussi sont importantes, non ? Il est légitime de s’y arrêter.

Ce matin, c’est justement les tout premiers versets d’une lettre de Paul qui nous sont proposés comme l’un des textes bibliques du jour. Au premier abord, ça peut paraître surprenant… mais c’est l’occasion de découvrir les richesses qui se cachent dans ces paroles qu’on pourrait laisser de côté trop vite.

1 Corinthiens 1.1-3
1 De la part de Paul, qui par la volonté de Dieu a été appelé à être apôtre de Jésus Christ, et de la part de Sosthène, notre frère.
2 À l’Église de Dieu qui est à Corinthe, à ceux qui, là-bas, appartiennent à Dieu par l’union avec Jésus Christ, et qui sont appelés à vivre pour lui, avec tous ceux qui, partout, font appel au nom de notre Seigneur Jésus Christ, leur Seigneur et le nôtre : 3 Que Dieu notre Père et le Seigneur Jésus Christ vous donnent la grâce et la paix !

Les versets 1-3 forment une seule longue phrase, en grec. La première partie (verset 1) indique l’auteur de la lettre, la deuxième partie (verset 2) indique les destinataires. Ces derniers sont désignés de façon courte par une première proposition : “A l’Eglise de Dieu qui est à Corinthe”. Ensuite, il y a deux propositions relatives qui vont préciser ce que Paul entend par cette Eglise. Ce sont “ceux qui appartiennent à Dieu par l’union avec Jésus Christ” et, dit autrement et de façon encore plus précise : ceux “qui sont appelés à vivre pour lui, avec tous ceux qui, partout, font appel au nom de notre Seigneur Jésus Christ, leur Seigneur et le nôtre.”

Les formules sont, certes, un peu longues… mais elles sont aussi riches théologiquement. Au-delà de simplement désigner les destinataires de sa lettre, Paul nous dit ici quelque chose de ce qu’est l’Eglise aux yeux de Dieu. Arrêtons-nous plus en détail sur chacune des trois propositions.

“L’Eglise de Dieu qui est à Corinthe”

La formulation mérite qu’on s’y arrête. L’apôtre parle de l’Eglise de Dieu. Pas celle de Paul ou d’un autre apôtre, pas celle des responsables de l’Eglise. C’est l’Eglise de Dieu. Ca peut paraître évident, mais c’est important de le rappeler. Trop souvent l’histoire de l’Eglise, et l’histoire des Églises, est marquée par des jeux de pouvoir, des stratégies d’influence, la recherche de prestige, où tel ou tel s’approprie “son“ Eglise, ou en devient le gourou, le maître absolu.

Toute Eglise demeure l’Eglise de Dieu. Aucun être humain, aussi instruit, aussi spirituel, aussi charismatique soit-il ne peut se l’approprier.

“Ceux qui appartiennent à Dieu par l’union avec Jésus Christ”

Ou, plus littéralement, “ceux qui ont été consacrés en Jésus-Christ”. L’Eglise n’est évidemment pas d’abord un bâtiment, mais il n’est pas non plus d’abord une structure, une organisation ou une institution. Elle est d’abord le rassemblement des croyants, de ceux qui, par leur foi en Jésus-Christ, appartiennent à Dieu.

Une Eglise, ce sont des hommes et des femmes. Une réalité humaine. C’est ce qui en constitue les limites, voire même la faiblesse. C’est ce qui explique en tout cas son imperfection… Mais c’est aussi ce qui est fait sa beauté et sa richesse. Une Eglise est d’abord une communauté de croyants, un lieu de relations, de rencontres, d’enrichissement mutuel… et pas une institution à notre disposition pour répondre à nos attentes et nos besoins.

“Ceux qui sont appelés à vivre pour lui, avec tous ceux qui, partout, font appel au nom de notre Seigneur Jésus Christ, leur Seigneur et le nôtre”

Cette deuxième proposition relative est elle-même constituée de propositions relatives, ce qui en fait une formule un peu complexe. On y trouve la mention d’un appel, partagé avec d’autres. L’appel est celui d’être consacré, attaché à Dieu. Et il est partagé avec tous ceux qui ont eux-mêmes répondu à cet appel. Pas seulement à Corinthe mais partout. Et Paul précise encore, s’il le fallait, que le Christ est leur Seigneur comme le nôtre.

En d’autres termes, Paul souligne qu’une Eglise ne peut pas se comprendre comme Eglise toute seule. Et un chrétien encore moins. Le repli sectaire, quand on prétend être seul à être fidèle, à détenir la vérité ou incarner la seule façon correcte d’être une Eglise, ce repli est contraire à l’Evangile.

Voilà une précision particulièrement appropriée en ce dimanche qui se situe entre la semaine universelle de prière de l’Alliance Evangélique et la semaine de prière pour l’unité des chrétiens ! C’est un rappel utile à l’humilité…

Ne pas passer à côté de l’Eglise

Ce que Paul dit ici de l’Eglise, il pourrait le dire de toutes les Églises. Vous pouvez remplacer “Corinthe” par n’importe quel nom de ville ou de village. Lorsqu’il parle de l’Eglise, il parle de l’Eglise de Dieu, constituée des croyants qui appartiennent à Jésus-Christ, avec tous les autres croyants qui partagent le même appel.

Mais on passe à côté de l’Eglise quand on oublie que c’est l’Eglise de Dieu et qu’on se l’approprie, ou qu’on laisse quelqu’un se l’approprier. Le danger ici vise en particulier ici les responsables de l’Église, les pasteurs ou les fondateurs de l’Eglise.

On passe à côté de l’Eglise quand on oublie qu’elle est avant tout le rassemblement des croyants et pas une institution à faire tourner ou une entreprise à faire prospérer. C’est pour cela que toute “méthode” de croissance, de développement ou de gestion de l’Eglise doit être relativisée. Aucune méthode ne sera pertinente si on oublie que l’Eglise est d’abord affaire de relations, les uns avec les autres, et évidemment avec Dieu.

On passe à côté de l’Eglise quand on oublie qu’elle partage un même appel avec les autres Églises, semblables ou différentes d’elle-même. L’isolationnisme, que ce soit par orgueil spirituel ou par crainte, n’est jamais une solution pour une Eglise. Par définition, elle doit être ouverte, parce qu’elle doit avoir conscience de n’être qu’une toute petite partie de l’Eglise de Jésus-Christ.

En fait, on passe à côté de l’Eglise quand on pense qu’elle est une fin en soi. Ce n’est pas l’Eglise qui compte, ce qui compte c’est Dieu qui l’appelle. Découvrir une Eglise, c’est bien. Y rencontrer des croyants, des gens sympathiques avec qui partager sa foi, c’est bien. Mais la raison d’être de l’Eglise, c’est Jésus-Christ.

Celui qu’on vient rencontrer avant tout c’est Dieu, car c’est son Eglise. Celui qu’on vient écouter d’abord, c’est Jésus-Christ, car c’est lui qui nous appelle. Est-ce bien dans cet état d’esprit que nous venons ?

Nous devons être conscients de la responsabilité et du défi que cela représente. Comment perçoit-on notre Eglise ? Voit-on notre Eglise comme un lieu privilégié pour rencontrer non pas seulement des chrétiens mais le Christ lui-même ?

La responsabilité peut nous paraître bien lourde… mais en réalité, elle ne dépend pas vraiment de nous. De notre côté, il s’agit surtout de ne pas faire obstacle au Christ, de le laisser agir, parler, se manifester. C’est une grâce, celle de voir Jésus-Christ vivre en nous, se manifester dans nos relations les uns avec les autres, l’entendre nous parler. Parce que, dans l’Eglise, c’est Lui que nous voulons honorer, c’est Lui que nous voulons proclamer, c’est Lui que nous voulons aimer parce qu’il nous a aimé le premier.

Conclusion

Les salutations de l’apôtre Paul au début de sa lettre aux Corinthiens sont donc bien plus que de simples formules toutes faites. Ce serait dommage de passer à côté !

Elles nous invite à comprendre ce qu’est l’Eglise, et quelle est sa raison d’être : Jésus-Christ. Elle est l’Eglise de Dieu, constituée des croyants qui appartiennent à Jésus-Christ, avec tous les autres croyants qui partagent le même appel.

L’Eglise n’est pas là pour ses responsables ou pour ses membres, elle est là pour manifester Jésus-Christ, pour permettre à chacun de connaître et de rencontrer le Christ vivant.