Tous les articles par Vincent MIEVILLE

Où est mon trésor ?

 

Matthieu 6.19-34
19« Ne cherchez pas à posséder beaucoup de richesses sur la terre. Là, les insectes et la rouille détruisent tout. Les voleurs entrent dans les maisons et ils volent. 20Mais cherchez à posséder beaucoup de richesses auprès de Dieu. Là, les insectes et la rouille ne détruisent rien, les voleurs n’entrent pas et ils ne peuvent pas voler. 21Oui, là où tu mets tes richesses, c’est là aussi que tu mettras ton cœur. »
22« Les yeux sont la lampe du corps. Donc, si tes yeux ne sont pas malades, ton corps tout entier est dans la lumière. 23Mais si tes yeux sont malades, ton corps tout entier est dans la nuit. Alors, si la lumière qui est en toi est comme la nuit, ta nuit est bien noire ! »
24« Personne ne peut servir deux maîtres. En effet, ou bien il détestera l’un et il aimera l’autre, ou bien il sera fidèle à l’un et il méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent ! »
25« C’est pourquoi je vous dis : ne vous faites pas de souci pour votre vie ni pour votre corps. Ne vous demandez pas : “Qu’est-ce que nous allons manger ? Avec quoi est-ce que nous allons nous habiller ? ” Oui, votre vie est plus importante que la nourriture, et votre corps est plus important que les vêtements. 26Regardez les oiseaux. Ils ne sèment pas, ils ne moissonnent pas. Ils ne mettent pas de récoltes dans les greniers. Et votre Père qui est dans les cieux les nourrit ! Vous valez beaucoup plus que les oiseaux !
27« Ce n’est pas en vous faisant du souci que vous pouvez ajouter un seul jour à votre vie ! 28Pourquoi alors vous faire du souci pour les vêtements ? Observez les fleurs des champs, regardez comment elles poussent. Elles ne filent pas et elles ne tissent pas. 29Pourtant, je vous le dis : même Salomon, avec toute sa richesse, n’a jamais eu de vêtements aussi beaux qu’une seule de ces fleurs. 30L’herbe est aujourd’hui dans les champs, et demain on la jettera au feu. Et pourtant, Dieu l’habille de vêtements magnifiques. Vous qui n’avez pas beaucoup de foi, vous pouvez être sûrs d’une chose : Dieu en fera au moins autant pour vous !
31« Ne soyez pas inquiets en vous demandant : “Qu’est-ce que nous allons manger ? Qu’est-ce que nous allons boire ? Avec quoi est-ce que nous allons nous habiller ? ” 32En effet, les gens qui ne connaissent pas Dieu cherchent tout cela sans arrêt. Vous avez besoin de toutes ces choses, et votre Père qui est dans les cieux le sait bien. 33Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et ce que Dieu demande. Il vous donnera tout le reste en plus.
34« Donc, ne vous faites pas de souci pour demain. Demain se fera du souci pour lui-même. La fatigue d’aujourd’hui suffit pour aujourd’hui ! »

Attention : sujet sensible !!! On a du mal à parler de l’argent en France… y compris dans les Églises ! Pourtant, Jésus n’hésitait pas à le faire, et de façon très directe. C’était même probablement un des sujets qu’il abordait le plus souvent. Pas étonnant, donc, qu’il en soit question dans le Sermon sur le Montagne.

Mais c’est compliqué d’aborder un tel sujet devant une assemblée aussi variée. Je ne connais pas votre bulletin de salaire ni votre patrimoine… et je ne veux pas les connaître ! Mais je sais qu’il y a parmi nous des personnes qui ont du mal à joindre les deux bouts, chaque mois, et que d’autres n’ont pas ce souci parce qu’ils vivent aisément. Peut-on parler de ce sujet de la même façon aux uns et aux autres ?

En réalité, dans les foules qui venaient écouter Jésus, il y avait aussi des pauvres et des riches, et ils ont entendu les mêmes paroles. Evidemment, elles s’entendent différemment pour ceux qui possèdent beaucoup que pour ceux qui n’ont presque rien… mais les mêmes paroles restent pertinentes pour tous.

Disons-le d’emblée : il ne s’agit ni d’être pauvre ni d’être riche pour plaire au Seigneur. La question n’est pas là… Jésus ne s’intéresse pas au fait d’être pauvre ou d’être riche, ni même aux richesses matérielles en elles-mêmes. Il s’intéresse au type de relation que nous entretenons avec elles.

En fait, il y a trois idées principales développées par Jésus, résumées en trois formules :
« Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. »
« Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent (Mammon) »
« Ne vous souciez pas du lendemain… A chaque jour suffit sa peine. »

Trois formules qui invitent finalement à trois questions qui interrogent notre rapport aux richesses matérielles : Où est mon trésor ? Qui est mon maître ? Quels soucis occupent mon esprit ?

Où est mon trésor ?

Le trésor, en grec, c’est thesauros. Ca a donné en français le verbe thésauriser, c’est-à-dire accumuler, amasser de l’argent qu’on garde pour soi, pour se constituer un trésor. Jésus nous dit à propos de notre trésor : c’est là que se trouve notre cœur. Ce que nous amassons et gardons pour nous, nous parle de notre cœur…

Quand on est enfant, on a souvent une boîte à trésor, dans laquelle on cache des choses qui n’ont pas forcément une grande valeur marchande mais une forte valeur affective. Et quel drame si l’enfant perd sa boîte à trésor ! C’est comme s’il perd une partie de lui-même. Parce qu’il y a mis tout son cœur.

Où est ma boîte à trésor aujourd’hui ? Dans quelles richesses ai-je mis mon cœur ? Dans la Bible, le cœur, c’est le siège de ma vie intérieure. C’est là que se prennent mes choix, que se jouent mes aspirations et mes envies, que se décident mes priorités. Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur… pour ton salut ou pour ta perte !

C’est un peu comme dans Bilbo le Hobbit, avec le trésor dont s’était emparé le terrible dragon Smaug et qui rend presque fou Thorin, le roi nain, lorsqu’il le récupère. Son cœur était dans ce trésor..

Les boîtes à trésor de notre enfance disparaissent quand nous devenons adultes (même si on les garde parfois, par nostalgie)… Mais cela ne signifie pas que nous n’avons plus, chacun, un trésor, dans lequel nous mettons notre cœur. Il est différent pour chacun mais peut très bien se retrouver dans un coffre-fort, sur un compte en banque, dans un garage ou une maison…

Où est mon trésor ? Si ce qui compte vraiment pour moi se trouve dans les richesses matérielles alors c’est là que se trouve mon cœur. Or toutes ces richesses, quelles qu’elles soient, peuvent être volées, ou détruites, ou se corrompre… Et puis, on ne les emmène pas avec nous dans la tombe !

Il s’agit donc d’amasser un trésor dans le ciel, c’est-à-dire auprès de Dieu. Or, ces richesses-là ne sont pas matérielles mais spirituelles. Et quand on parle du ciel, on ne parle pas seulement de demain. En Jésus-Christ, le Royaume des cieux s’est approché, le ciel est descendu sur la terre. Ce trésor céleste, c’est celui du salut, de la foi, l’espérance et l’amour. C’est le trésor de la présence de Dieu en nous par son Esprit. Celui de la communion fraternelle entre croyants. C’est le trésor du partage, de la grâce, du pardon donné et reçu. Ce trésor-là, nous pouvons l’amasser aujourd’hui en le partageant ! Et celui-là nous l’emporterons avec nous pour l’éternité.

Qui est mon maître ?

Au verset 24 Jésus dit : « Personne ne peut être l’esclave de deux maîtres. » Mais la métaphore est un peu particulière. Normalement, c’est le maître qui choisit son esclave. Ce dernier n’a rien à dire… Mais ici, c’est différent. Il semble bien que ce soit l’esclave qui choisisse son maître. Jésus évoque en effet l’éventualité qu’il ait deux maîtres, alors il aimerait l’un et détesterait l’autre… Il doit donc choisir !

Entre Dieu et l’argent il faut choisir. Mammon est une personnification de l’argent, qui élève les richesses au niveau d’un dieu. La formule est très forte ! Un dieu, un maître, c’est celui qui décide, celui auquel on obéit, que l’on suit, qui oriente nos décisions, nos choix de vie…

L’argent, les richesses matérielles, ont ce pouvoir ! Vous connaissez peut-être cette citation attribuée à John D. Rockefeller, un des hommes les plus riches du monde en son temps. Un jour on lui a demandé : « Combien d’argent faut-il pour en avoir assez ? » Et il a répondu : « Juste un petit peu plus ! »

On comprend, à travers les paroles de Jésus, que parler d’argent, dans l’Église ou dans la vie chrétienne, c’est très spirituel. Car les enjeux sont spirituels. C’est d’ailleurs peut-être aussi pour cela qu’on a du mal à en parler… Il faut bien-sûr être responsable et ne pas faire n’importe quoi avec ses biens. Nous sommes appelés, dans ce domaine comme dans tous les autres, à être de bons intendants… Mais dans une Église par exemple, est-ce qu’on va limiter nos activités, s’interdire tel ou tel projet important parce qu’on grignote les réserves ? Avec le conseil, nous préparons l’AG de l’Église, notamment le budget, et on est en plein dans ces réflexions ! De même, dans notre budget familial ou personnel, quelle part réservons-nous à l’Église, ou à l’oeuvre de Dieu, ou à la générosité en faveur de ceux qui en ont besoin ?

Ce sont des questions spirituelles ! Des questions qui disent non seulement quelque chose de notre cœur mais aussi du maître que nous avons choisi.

Quels soucis occupent mon esprit ?

La troisième question interroge nos soucis. Les soucis, c’est ce qui occupe notre esprit, ce qui nous préoccupe… Quand on a beaucoup de soucis, ça se voit sur notre visage. On n’est pas vraiment présent avec les autres mais absorbé dans nos pensées.

Quelle place les questions matérielles occupent-elles dans notre esprit ? Combien de fois dans la journée ou dans la semaine, pensez-vous à la situation de votre compte en banque, au prêt que vous venez de contracter, aux habits que vous devez acheter, à l’entretien de la voiture que vous devez prévoir, à ce que vous devez encore mettre de côté pour financer vos prochaines vacances ?…

Jésus nous invite à nous recentrer sur l’essentiel. Et la formule qu’il utilise est entré dans le langage courant, sans que les gens sachent, en général, que c’est Jésus qui l’a prononcée en premier : « à chaque jour suffit sa peine » ! Mais il ne s’agit pas seulement d’une invitation à se concentrer sur les difficultés du jour, sans se préoccuper du lendemain. C’est surtout une invitation à la confiance en Dieu pour demain, pour pouvoir nous concentrer sur notre peine, notre travail, notre responsabilité aujourd’hui.

Si on s’inquiète pour demain, on ne sera pas pleinement investi aujourd’hui. Or, il y a tant de choses à faire aujourd’hui. Tant d’amour à partager, tant de défis à relever, tant de rencontres à faire… Voilà les soucis qui doivent nous préoccuper en premier lieu.

Car il y a une autre exhortation que Jésus associe à toutes ces considérations à propos de nos soucis : « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice ! » (v.33) Voilà ce qui doit nous préoccuper en priorité. Or le Royaume de Dieu nous concerne aujourd’hui, il est à notre porte, dans notre cœur, dans le prochain qui croise notre route. Si je me préoccupe de mon lendemain, je risque de ne pas me préoccuper du Royaume de Dieu aujourd’hui…

Conclusion

Ces trois questions que nous laisse Jésus peuvent nous aider à évaluer notre dépendance envers les biens matériels : Où est mon trésor ? Qui est mon maître ? Quels soucis occupent mon esprit ?

Et il faut bien avouer qu’on est souvent plus dépendant des richesses matérielles qu’on veut bien le dire en tant que chrétiens… surtout dans nos pays occidentaux. Il est donc salutaire de nous poser régulièrement ces questions !

En nous invitant à amasser des trésors dans le ciel, Jésus nous invite à chercher d’abord le Royaume de Dieu. Un Royaume qui n’est pas pour demain seulement mais dès aujourd’hui, dans la rencontre avec Jésus-Christ, le Roi. Or, ce trésor, on l’accumule en le partageant, pas en le gardant pour soi.

Alors, où est votre trésor ?

Qu’est-ce que vous faites d’extraordinaire ?

 

Matthieu 5.38-48
38 « Vous avez appris qu’on a dit : “Œil pour œil et dent pour dent.” 39 Mais moi, je vous dis : si quelqu’un vous fait du mal, ne vous vengez pas. Au contraire, si quelqu’un te frappe sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre joue. 40 Si quelqu’un veut te conduire au tribunal pour prendre ta chemise, laisse-lui aussi ton vêtement. 41 Si quelqu’un te force à faire un kilomètre à pied, fais-en deux avec lui. 42 Quand on te demande quelque chose, donne-le. Quand on veut t’emprunter quelque chose, ne tourne pas le dos. »
43 « Vous avez appris qu’on a dit : “Tu dois aimer ton prochain et détester ton ennemi.” 44  Mais moi, je vous dis : aimez vos ennemis. Priez pour ceux qui vous font souffrir. 45 Alors vous serez vraiment les enfants de votre Père qui est dans les cieux. En effet, il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons. Il fait tomber la pluie sur ceux qui se conduisent bien et sur ceux qui se conduisent mal. 46 Si vous aimez seulement ceux qui vous aiment, quelle récompense est-ce que Dieu va vous donner ? Même les employés des impôts font la même chose que vous ! 47 Et si vous saluez seulement vos frères et vos sœurs, qu’est-ce que vous faites d’extraordinaire ? Même les gens qui ne connaissent pas Dieu font la même chose que vous ! 48 Soyez donc parfaits, comme votre Père dans les cieux est parfait ! »

Rappelons-le, dans ce discours Jésus n’est pas en train de modifier ou de s’opposer aux commandements de l’ancienne alliance. Il l’a dit explicitement : jusqu’à la fin du monde, pas la moindre petite lettre de la Torah ne sera supprimée. S’il s’oppose à quelque chose, ce ne s’est pas au commandement mais à l’interprétation qui en était faite. En rappelant le sens profond des commandements qu’il cite, Jésus en propose une lecture ambitieuse.

D’ailleurs, une formule de Jésus, à la fin de notre passage, a attiré mon attention : « Qu’est-ce que vous faites d’extraordinaire ? » Jésus s’attend donc à ce que nous fassions des choses extraordinaires !

Mais moi je vous dis…

Ne vous vengez pas

Jésus évoque d’abord la fameuse loi du talion. Elle a souvent été mal comprise. On se dit : « œil pour œil, dent pour dent », c’est de la vengeance. Or, dans le contexte de l’AT, on peut penser au contraire que c’était une loi qui voulait stopper la spirale de la vengeance et donner un premier cadre pour la justice. Un œil pour un œil. Point final. Alors que la spirale de la vengeance, c’est deux yeux pour un œil, et une mâchoire pour une dent. Et ça ne s’arrête jamais !

Jésus, ici, a pourtant besoin de souligner l’esprit de cette loi. Il doit être plus explicite parce qu’elle était devenu une justification de la vengeance. Alors Jésus dit clairement : « si quelqu’un vous fait du mal, ne vous vengez pas. » Et il aurait pu s’arrêter là. C’est déjà pas mal…

Mais il va plus loin… Non seulement, il dit de ne pas se venger mais il ajoute : « Au contraire, si quelqu’un te frappe sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre joue. » Faut-il prendre au pied de la lettre ce qu’il dit ici ? Pas vraiment… il utilise un langage hyperbolique : il force le trait pour faire ressortir la leçon. Mais quand même. Non seulement vous ne devez pas vous venger, mais en plus vous devez faire un pas vers celui qui vous agresse. Il s’agit de contre-attaquer… par l’amour !

Aimez vos ennemis

Le deuxième commandement évoqué par Jésus n’est pas dans la Loi de Moïse, du moins pas sous cette forme. « Tu dois aimer ton prochain », ça d’accord, c’est dans le Lévitique (Lv 19.18). Par contre, la deuxième partie, « tu dois détester ton ennemi » n’y est pas ! Sans doute comprenait-on ainsi les choses : les prochains, ce sont nos amis, ou au moins ceux qui ne nous veulent pas de mal. Et notre ennemi ne peut pas être notre prochain.

Mais Jésus veut tordre le cou à cette idée. Lorsqu’il dit : « Mais moi, je vous dis : aimez vos ennemis. », Jésus est tout simplement en train de redéfinir qui est notre prochain. Nous n’avons pas à trier entre les prochains que nous devons aimer et ceux que nous devons haïr parce qu’ils seraient nos ennemis. Pour Jésus, nos ennemis aussi sont nos prochains.

Cette question du prochain est discutée ailleurs dans les évangiles. Comme lorsqu’un chef religieux a demandé à Jésus, un jour, qui était notre prochain. Jésus avait répondu avec la parabole du Samaritain. Ici, il rappelle que notre prochain est celui qui croise notre route, même s’il est notre ennemi, même s’il nous veut du mal.

Faire des choses extraordinaires

« Qu’est-ce que vous faites d’extraordinaire ? » En entendant le discours de Jésus, on comprend qu’il ne s’attend pas ici à des miracles puissants, des guérisons surnaturelles, des actes éclatants. Non, il parle de refus de la vengeance, il parle d’amour du prochain. Il parle de l’extraordinaire qui vient se nicher dans l’ordinaire de notre quotidien. Mais le défi n’en est pas moins grand ! Car les exhortations de Jésus concernent nos relations les plus difficiles, non pas avec ceux qui nous font du bien ou nos amis, mais avec ceux qui nous font du mal, nos ennemis.

L’amour, la grâce, la bonté, la générosité, le pardon dont nous pouvons faire preuve dans notre quotidien peuvent être de l’ordre de l’extraordinaire !

A l’image du Père… et du Fils

La raison première pour laquelle Jésus nous appelle à agir ainsi, c’est l’exemple donné par Dieu lui-même :

« Alors vous serez vraiment les enfants de votre Père qui est dans les cieux. » (v.45)
« Soyez donc parfaits, comme votre Père dans les cieux est parfait ! » (v.48)

Et ce qui est intéressant, c’est que ce qui est dit de l’action de Dieu ici, c’est qu’il fait briller le soleil et fait pleuvoir sur les méchants et les justes. Bien-sûr, c’est une métaphore de la grâce de Dieu, qui ne fait pas d’acception de personnes. Mais cette grâce se manifeste dans des événements du quotidien, comme le soleil et la pluie. C’est bien dans notre quotidien que nous sommes appelés à faire des choses extraordinaires.

Et puis, en prenant un peu de recul, il y a évidemment l’exemple suprême de Jésus lui-même, qui a mis en pratique mieux que tout autre les principes qu’il enseigne dans ce discours. Il a refusé la vengeance et aimé ses ennemis. Il s’est laissé arrêter, juger et condamner, alors même qu’il était innocent. Et sur la croix il a prié pour ses ennemis en disant : « Père pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font ! »

En coupant court à la vengeance

Où est donc la tentation de la vengeance dans notre vie quotidienne ? Dans nos relations, il y a de multiples occasions de se sentir agressé ou attaqué, par une parole ou une attitude d’un collègue de travail, d’un voisin, etc… Et lorsque quelqu’un nous fait du mal, d’une manière ou d’une autre, on a souvent d’abord envie de lui faire mal en retour…

Dans la lignée des précédentes paroles de Jésus, le réflexe de vengeance commence dans nos pensées et nos paroles. Il commence avec la rancœur ou la frustration qu’on entretient. Il se manifeste dans des paroles blessantes ou moqueuses, pour répondre du tac au tac.

Et c’est là, avant de passer à l’acte, qu’il faut couper court au réflexe de la vengeance. Laisser s’envoler l’oiseau de la haine ou du ressentiment plutôt que de le laisser faire son nid dans notre cœur.

En contre-attaquant par l’amour

Mais cette fois Jésus va encore plus loin. Non seulement il s’agit de ne pas se venger, de ne pas haïr, de se retenir… mais il s’agit d’avoir un geste, une action en direction de l’ennemi. Prendre le contre-pied de la vengeance !

On ne vainc pas le mal par le mal mais par le bien. Ou comme l’a dit Martin Luther King : « Les ténèbres ne peuvent pas chasser les ténèbres, seule la lumière le peut. La haine ne peut pas chasser la haine, seul l’amour le peut. »

Les paroles de Jésus sont un appel à la non-violence, qui n’est pas seulement un refus de la violence mais le choix de la paix et du pardon. Comme Jésus ne nous demande pas seulement de refuser la vengeance et de ne pas haïr son ennemi, il nous demande de tendre l’autre joue, de donner notre vêtement, d’aimer nos ennemis, de prier pour ceux qui nous persécutent… Nous sommes toujours appelés à faire un pas décisif vers notre prochain, quel qu’il soit. Et ça peut paraître parfois une folie. Mais c’est la folie de l’amour

Conclusion

« Qu’est-ce que vous faites d’extraordinaire ? » C’est dans notre quotidien que se trouve la réponse à cette question. Dans nos pensées, nos paroles et nos actes. Et, c’est vrai, la barre est placée haute par Jésus. Il nous appelle à être des ouvriers d’amour et de paix. Ne pas seulement résister à la vengeance mais faire preuve de grâce et de pardon. Ne pas seulement résister à la haine de ceux qui nous font du mal mais à contre-attaquer par l’amour et la prière.

C’est ambitieux. C’est aussi le chemin que Jésus lui-même nous a montré. Et pour nous, ça ne sera possible que si l’Esprit de Dieu est à l’oeuvre au plus profond de nos cœurs et nous transforme à l’image du Christ.